Vidéo ciblant LFI: la plainte contre Papacito classée sans suite, une nouvelle plainte déposée

Papacito a publié une vidéo en juin 2021 - YouTube (Papacito)
Papacito a publié une vidéo en juin 2021 - YouTube (Papacito)

Une nouvelle plainte a été déposée avec constitution de partie civile, après le classement sans suite d'une enquête pour "provocation" au meurtre après la diffusion d'une vidéo en 2021 du Youtubeur d'extrême droite Papacito simulant l'exécution d'un électeur LFI, a indiqué l'avocate de Jean-Luc Mélenchon et de la France insoumise.

"Nous avons déposé au nom de Jean-Luc Mélenchon et de la France insoumise une plainte avec constitution de partie civile après un classement sans suite incompréhensible du procureur de la République", a déclaré Me Jade Dousselin, confirmant une information de StreetPress. "Un appel au meurtre de centaines de personnes ne peut rester impuni et la justice doit s'en saisir et apporter les réponses nécessaires pour que jamais il ne se reproduise", a-t-elle ajouté.

Première plainte classée sans suite

En juin 2021, Papacito, de son vrai nom Ugo Gil Jimenez, avait publié une vidéo sur YouTube, largement relayée sur les réseaux sociaux, dans laquelle il déclarait: "Il y a 6% de gens qui votent pour le parti de Jean-Luc Mélenchon dans ce pays, peut-être qu'ils seront démunis s'il se passe quelque chose de pas prévu dans les années prochaines.
Qu'est-ce qu'on peut faire pour ces gens-là?", ironisait le vidéaste affublé d'un treillis militaire, avant de tirer, accompagné d'un ami, Joël Gaborit, alias Code Reinho, avec des armes à feu, sur un mannequin représentant un électeur LFI, ensuite lardé de coups de couteau. "Alors bien sûr, le but de cette vidéo n'est pas de vous engager à produire de la violence, elle est purement expérimentale", précisait ensuite Papacito.


Le parquet de Paris avait ouvert quelques jours plus tard une enquête préliminaire pour provocation publique non suivie d'effet à la commission d'atteintes à la vie ou à l'intégrité des personnes. Celle-ci a été classée sans suite le 13 décembre 2021.

"J'ai l'honneur de vous informer qu'à l'issue des investigations diligentées sous mon autorité par la brigade de répression de la délinquance contre la personne de la direction régionale de la police Judiciaire, les éléments dénoncés ne permettent pas de caractériser le délit de provocation à la commission d'une atteinte volontaire à la vie, tel que prévu et réprimé par l'article 24-1 de la loi du 29 Juillet 1881 sur la liberté de la presse. En conséquence, je procède au classement sans suite de cette procédureé précise le document, consulté par BFMTV.

Le 3 juin dernier, une nouvelle plainte avec constitution de partie civile a été déposée contre Papacito et Joël Gaborit pour provocation directe non suivie d'effet à commettre des atteintes volontaires à la vie et/ou à l'intégrité des personnes. Elle a pour objectif d'obtenir la désignation d'un juge d'instruction pour mener les investigations.

Article original publié sur BFMTV.com