VIDÉO - "C'est d'un mépris" : le quinquennat d'Emmanuel Macron marqué par une petite phrase

·1 min de lecture

Ses phrases chocs seront un souvenir indélébile de son quinquennat. Invité à s'exprimer dans le documentaire Petites phrases, grandes conséquences, récemment diffusé sur LCP, Pascal Perrineau s'est donc souvenu d'une sortie polémique d'Emmanuel Macron. Une phrase glissée face à une foule de jeunes entrepreneurs en juillet 2017, lors de l'inauguration de la Station F, campus dédié aux start-up à la Halle Freyssinet. "Une gare, c'est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien." Pour le politologue, ce lapsus est impardonnable. "C'est d'un mépris extrêmement impressionnant", déplore-t-il encore à ce jour. "Comment peut-on dire ça ?"

Pascal Perrineau a pu le constater au fil de sa présidence : "Emmanuel Macron est un enfant du parler cash." Les scientifiques mobilisés en cette période de pandémie de coronavirus en ont aussi la preuve. Mais outre le langage populaire et les expressions tranchantes, une philosophie du "premier de cordée." Chef de l'État, le mari de Brigitte Macron se voit donc chef de file. "Une conception extrêmement élitiste de la société." Le peuple n'a pas été le seul à réagir à la métaphore du locataire du 55 rue du Faubourg Saint-Honoré. En juillet 2017, la classe politique s'est, elle aussi, avouée scandalisée sur les réseaux sociaux. De Pascal Durand à Florian Philippot en passant par Julien Bayou et Christine Boutin, les reproches ont été nombreux.

Habitué aux petites phrases aux grandes répercussions, la spontanéité d'Emmanuel (...)

Lire la suite sur le site de GALA

François Baroin s’interdit de critiquer Emmanuel Macron... pour son ami Jean-Michel Blanquer
La patronne, c’est elle ! Elizabeth II coupe l’herbe sous le pied de Harry et Meghan
Michèle Laroque égratigne la politique d’Emmanuel Macron dans un rare tweet
VIDÉO - Nicolas Sarkozy : se marier à l’Elysée ? Pas si simple que ça
Carla Bruni Sarkozy, radieuse, dévoile le secret de sa forme... en attendant la réouverture des salles de sport