VIDÉO - Le cadeau de Ségolène Royal à Nicolas Sarkozy lors du débat de 2007

·1 min de lecture

Dix ans avant le duel de Marine Le Pen et Emmanuel Macron, il y avait le débat opposant Ségolène Royal à Nicolas Sarkozy. "Il y a des colères qui sont parfaitement saines", a si fameusement lancé l'ex-ministre sur le plateau du débat d'entre-deux tours le 2 mai 2007. Mais la suite de l'élection présidentielle lui a prouvé le contraire. En haussant le ton en faveur des droits des enfants en situation de handicap, l'ex-compagne de François Hollande a poussé un peu plus l'ancien maire de Neuilly vers les portes de l'Élysée. "Le cadeau incroyable qu'elle lui fait !", décrypte le politologue Roland Cayrol dans le documentaire Face à face pour l'Élysée, récemment diffusé sur LCP.

Et pour cause, lorsqu'elle a brandi le doigt et plaidé la nécessité d'extérioriser sa frustration, Ségolène Royal a permis à son adversaire de se délester de cette image d'"énervé permanent qui ne tient pas en place, qui change d'idée toutes les cinq minutes", tel qu'il a pu être décrit par la presse de gauche. "Pour être président, il faut être calme", a d'ailleurs répondu Nicolas Sarkozy, d'un ton serein. "Pas quand il y a des injustices", a répliqué son interlocutrice. Mais son engagement a fait un flop. "C'est elle qui lui explique qu'elle a une saine colère et qu'elle en aura quand elle sera au pouvoir", a poursuivi Roland Cayrol. Un "renversement d'image" qui serait justifié par le sexisme, selon l'intéressée.

Ségolène Royal a défendu ses convictions avec ferveur. Un acte qui lui aurait été reproché (...)

Lire la suite sur le site de GALA

« On est sur le fil de rasoir » : Emmanuel Macron et Olivier Véran dans l'embarras
VIDÉO - Boris Vallaud lâche une petite confidence sur son couple avec Najat Vallaud-Belkacem
VIDÉO - Nicolas Sarkozy miné par ses problèmes avec Cécilia avant le débat le plus important de sa vie politique
Nicolas Sarkozy et François Baroin : un déjeuner déjà très commenté
Lisa Marie Presley prend une grande décision après la mort de son fils