VIDÉO - "C’est nul" : Léa Salamé raconte une anecdote ahurissante avec son père

·1 min de lecture

Léa Salamé a grandi avec un père exigeant, qui attendait d'elle l'excellence. Et lorsqu'elle ne l'atteignait pas, il le lui montrait sans détour. Dans Passage des arts ce mardi 3 novembre sur France 5, la journaliste s'est remémoré un moment qui l'a marquée.

"Quand j’étais en 6ème, un jour il a pris mon bulletin de notes, je devais être septième, huitième ou dixième de la classe. Il a lu le premier bulletin de notes, il a fait une espèce de boule, et il a commencé à jouer au football avec dans le salon en disant ‘C’est nul’", a-t-elle raconté durant son interview avec Claire Chazal, qui a laissé éclater un petit rire surpris. Léa Salamé, dont le dernier livre, Les Femmes puissantes, est sorti le 9 septembre aux éditions Les Arènes, a confié : "Longtemps j’ai voulu qu’il soit fier de moi, puis à un moment vous grandissez."

"Le 'moyen' ou le semi-échec étaient pour lui inacceptables. Il a éduqué ses deux filles comme des garçons. Il voulait que nous soyons indépendantes financièrement, c’était une obsession chez lui", nous confiait la compagne de Raphaël Glucksmann à propos de son éducation, le 1er octobre dernier.

Comme le souhaitait son père Ghassan Salamé -ministre libanais de la Culture entre 2000 et 2003, politologue et dernièrement envoyé spécial de l'ONU en Libye-, la Franco-libanaise a fait un parcours brillant, entre Sciences Po Paris et l'université de New York. Et s'épanouit aujourd'hui dans ses vies professionnelle et personnelle, tout en restant proche de lui. (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDÉO - « Irresponsable » : Le coup de gueule de Patrick Cohen dans C à Vous
VIDEO - “Tout le monde appelle Brigitte Macron” : Bernard Montiel explique pourquoi la première dame est si sollicitée
Marlène Jobert, conquête de Johnny Hallyday? Retour sur une folle rumeur
Laeticia Hallyday privée de “vie intime” par Johnny ? Quand son ancienne agente s’interrogeait
VIDÉO - « On ne meurt pas de ne pas acheter de machine à laver » : Karine Lacombe ironise