Vidéo - "C à vous" : Patrick Cohen provoque la colère des internautes après une remarque jugée "sexiste" envers Rachida Dati

Elle est depuis mercredi 13 novembre la candidate officielle du parti Les Républicains qui tentera de déloger Anne Hidalgo du fauteuil de maire de Paris en mars 2020. Jugée par certains trop clivante, Rachida Dati a finalement obtenu l'investiture qu'elle désirait. La maire du très cossu VIIe arrondissement de Paris était l'invitée ce lundi 18 novembre d'Anne-Elisabeth Lemoine dans l'émission C à vous sur France 5. Cette fille d'un maçon marocain est notamment revenue sur son parcours. "Moi j'ai toujours refusé d'écrire, ou d'instrumentaliser ma vie, mon parcours, je n'ai jamais souhaité en parler, c'est pour ça que certains ont spéculé. Je n'ai jamais exposé ma vie privée, elle n'a jamais été expliquée, là je le fais parce que j'ai été frappée de discussions avec des gens qui travaillent mais qui n'ont plus de perspectives pour leurs enfants" a-t-elle raconté.

⋙ Rachida Dati se dit prête à affronter les critiques sur son physique, “je n’y couperai pas”

L'animatrice la questionne ensuite sur le numéro de Paris Match où la Garde des Sceaux de l'époque pose en Une vêtue d'une robe Dior. "Cette robe je l'ai portée lors d'une conférence qui avait eu lieu a l'Élysée au moment de la remise d'un rapport par Denis Olivennes sur la licence globale. Ensuite j'ai eu un déjeuner de presse et il y eu des photos de faites, mais à aucun moment je n'ai validé la Une, je ne savais pas quelle photo serait en couverture" s'est défendue l'ancienne protégée de Nicolas Sarkozy. Patrick Cohen insiste et lui rappelle ces "trois double pages, avec des photos où on voit vos collants résilles". Rachida Dati s'indigne alors : "Monsieur Cohen, j'ai le droit de porter les collants que je veux, les bottes que je veux !" Un échange qui va alors faire réagir Twitter. "Je ne vois pas le problème d'une robe Dior. Ils y vont tous d'ailleurs. Personne ne reproche une chemise Dior à un homme", "Réflexion déplacée et sans intérêt sur les bas résilles.", "Et alors c'est son droit Non? Depuis quand les médias

(...) Cliquez ici pour voir la suite