VIDÉO -"Beurette de banlieue" : les chroniqueurs de Pascal Praud dénoncent la polémique liée à Joséphine Ange gardien

Le mot "beurette" est-il ou non raciste ? C’est la question à laquelle les chroniqueurs de Pascal Praud étaient invités à répondre ce lundi 1er juin dans L’heure des pros sur CNews. Le point de départ de ce débat ? Une polémique suscitée par la chaîne TF1, qui a utilisé ce terme dans le résumé de l’un des épisodes de sa série Joséphine Ange Gardien. "Joséphine revient en aide à Yasmina, une jeune maghrébine qui rêve d’intégrer Privela, une grande entreprise de cosmétiques. Mais le profil de Yasmina, jeune beurette issue de banlieue, ne cadre pas avec le profil des autres candidats", peut-on lire sur le descriptif du replay de l’épisode.

Des propos qui ont aussitôt engendrés une vague d’indignation sur les réseaux sociaux. "Le mot 'beurette' est un terme péjoratif et raciste beaucoup trop banalisé de nos jours", s’est indigné un internaute sur Twitter, tandis qu’une autre commentait : "Beurette est un mot sexiste, raciste, classiste. Si on vous dit de ne pas l’employer, c’est parce qu’on connaît toutes sa signification. Croyez-nous. Il existe beaucoup d’autres mots qui ne le sont pas pour désigner les descendantes d’immigrés nord-africains". "Oui ce n’est pas normal d’utiliser le terme beurette, oui en France historiquement il y a un fantasme exotique de la femme maghrébine, oui cette stigmatisation est sexiste est raciste et oui ce même terme est la recherche n.1 en France sur les sites porno", a ajouté une troisième personne.

Un débat inutile ?

Sur le plateau de Pascal Praud, Frédéric

Retrouvez cet article sur GALA

Gérard Collomb : les raisons des tensions avec Brigitte Macron et sa fille Tiphaine
Kate Middleton, inspirée par Meghan Markle, rend coup pour coup
Camille Gottlieb “oisive” ? La fille de Stéphanie de Monaco répond aux critiques sur son style de vie
PHOTOS - Kate Middleton recycle sa robe jaune tendance pour une raison spéciale
Lea Michele raciste ? La star de Glee au coeur d'une vive polémique