Vidéo : comment Benalla et Crase, au cœur du dispositif policier, lancent les deux interpellations

Libération.fr
Capture d'écran d'une vidéo tournée le 1er mai 2018 place Contrescarpe, à Paris, montrant Alexandre Benalla et Vincent Crase en marge d'une manifestation, au milieu de policiers.

Les images révèlent qu'Alexandre Benalla a joué un rôle central dans l’opération d’interpellation des deux manifestants. Juste avant, ces derniers avaient violemment jeté trois objets sur la ligne de CRS.

Les nouvelles images que nous publions ci-dessous établissent le rôle du proche collaborateur d’Emmanuel Macron, en amont de l’interpellation qui a provoqué son limogeage et la crise politique qui vise l’Elysée.

On y découvre que le 1er mai, Alexandre Benalla a été, du début à la fin, au cœur de l’opération d’interpellation des deux manifestants. Les images révèlent que celui qui est alors chef de cabinet adjoint d’Emmanuel Macron cible, avec son compère Vincent Crase, les deux manifestants. Sur la vidéo, on y voit distinctement Benalla et Crase s’adresser aux policiers pour parvenir à leurs fins.

Quand la séquence débute, quelques manifestants sont encore présents place de la Contrescarpe. Des bouteilles en verre volent sur les CRS, tandis qu’ils font usage de gaz lacrymogène. C’est une situation relativement classique d’intervention en maintien de l’ordre, qui paraît alors totalement sous contrôle des policiers.

Bras d’honneur

Alexandre Benalla, qui porte de façon visible un brassard orange «police» et un casque également siglé, observe la scène, juste derrière la ligne de CRS. Vincent Crase, employé de La République en marche et ponctuellement de l’Elysée, est à ses côtés, les mains dans le dos. Philippe Mizerski, membre de l’état-major de la direction de l’ordre public de la préfecture de police de Paris, chargé ce jour-là de les encadrer, se trouve à quelques mètres derrière. Ce gradé de la préfecture paraît détaché des événements pendant toute la séquence.

Presque au contact de la ligne de CRS, on reconnaît sans difficulté les deux manifestants qui seront quelques instants plus tard interpellés par Alexandre Benalla et (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

«C’est une façon comme une autre de combler le vide, parce que je suis seule» Accros au grattage A la FDJ, de l’huile sur  le jeu
Réforme en vue dans l’attribution de badges de l’Assemblée aux cabinets
Les Bonaparte, famille nombreuse
Contre Google, cherchez encore
Affaire Benalla, Michaël Blanc, Adama Traoré... L'essentiel de l'actualité du week-end