VIDÉO - "Ascenseur pour l'échafaud" : cette phrase de Jean-Michel Blanquer lourde de sens

·1 min de lecture

La mise en place d'un troisième confinement sur l'ensemble du territoire a provoqué la fermeture des écoles pour au moins trois semaines. Un scénario qui a longtemps été considéré comme la dernière des mesures à mettre en place par le gouvernement, et notamment par le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, pour endiguer la pandémie de la Covid-19. En déplacement sur le terrain ce mardi 6 avril, le ministre a indiqué être "confiant" quant à la réouverture des écoles le 26 avril. Il a également fait part de sa préférence pour la fermerture d'une classe dès que trois cas sont recensés et non un cas recensé. C'est pourtant ce qu'exigeait le dernier protocole sanitaire décrété dans les écoles mais qui n'a donc pas les faveurs de Jean-Michel Blanquer. Celui-ci a estimé que c'était "l’ascenseur pour l’échafaud".

Cette référence cinématographique au film dramatique réalisé par Louis Malle en 1958 a été au centre des discussions dans L'Heure des Pros, sur CNEWS, ce mardi 6 avril. "Quand on décrypte cette petite phrase, ça veut dire qu'il n'était pas du tout d'accord avec le protocole du ministère de la Santé", a observé dans un premier temps Pascal Praud. "C'est un secret de Polichinelle", lui a retorqué Jérôme Béglé, directeur adjoint de la rédaction du journal Le Point tandis que Sophie Obadia, avocate de profession, a conclu : "Jean-Michel Blanquer a perdu un arbitrage."

Pendant plusieurs mois, le ministre de l'Éducation nationale a bataillé pour maintenir les établissements (...)

Lire la suite sur le site de GALA

PHOTO - Camille Gottlieb pleine d'amour pour son demi-frère Maxime Gottlieb
VIDÉO - "On s'en fout de cette histoire !" : Pierre-Jean Chalençon minimise l'affaire des dîners clandestins
VIDÉO - "Je ne suis jamais invité !" : Pascal Praud taquin à propos des dîners clandestins
Emmanuel Macron "trop solitaire", cette attaque sur sa personnalité
La reine Noor et Rania de Jordanie : 30 ans de guerre froide