VIDÉO - Éric Dupond-Moretti : "Je ne suis pas le paillasson sur lequel on s'essuie !"

·1 min de lecture

Eric Dupond-Moretti défend bec et ongles son ordonnance permettant de poursuivre un procès en cour d'Assises en visioconférence, sans l'accusé. Invité de BFM Politique ce dimanche 22 novembre sur BFMTV, le garde des Sceaux s'est emporté au lendemain de la publication d'une tribune contre cette mesure par les avocats de la défense du procès des attentats de 2015 dans Le Monde.

"Il y a quelque chose qui me chagrine. On dit ‘L’ancien avocat pensait, l’ancien avocat a dit, l’ancien avocat aurait fait'. Je suis le seul à savoir ce que j’aurais fait, ce que je dis et ce que je dirai. Je ne suis pas le paillasson sur lequel on s’essuie, a affirmé celui qu'on surnommait L'acquitattor. Les choses sont claires. Moi, je suis aujourd’hui ministre de la Justice. On attend que la justice tourne, il faut savoir ce qu’on veut."

Eric Dupond-Moretti, récemment blanchi dans l'affaire des conflits d'intérêts liés à son ancienne activité d'avocat, a appelé certains de ses ex-confrères signataires : "Je leur ai dit : 'Vous êtes bien gentils, mais qu’est-ce qu’il y a comme solution ?' Qu’est-ce qu’il y a (sic) comme mesure que le ministre aurait pu prendre ? Moi je suis en responsabilité, je n’ai pas de réponse. Il y a même de mes anciens confrères qui m’ont dit : 'Moi, je signe par solidarité'. Ah la belle affaire !"

Les contestations que l'ordonnance signée le 18 novembre a suscitées ne dissuadent pas le compagnon d'Isabelle Boulay, qui rappelle que c'est "à la main du président de la cour d'Assises", (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Kate Middleton : son "humour très coquin" a fait craquer le prince William...
Diana : son dernier grand amour, le "merveilleux" Hasnat Khan a bien changé
Le saviez-vous ? Mélanie Doutey et le comédien Gilles Lellouche ont un enfant ensemble
Angela Merkel : "très lente et pas super funky", cette description qui ne va pas lui plaire
Flashback - Letizia d'Espagne blessante avec la reine Sofia : cette vidéo qui a scandalisé