VIDÉO - Édouard Philippe cash sur ses dernières heures à Matignon : "La fin est toujours très brutale"

·1 min de lecture

Neuf mois après son départ de Matignon, Édouard Philippe revient sur cet épisode « brutal » de sa vie politique. Le 3 juillet dernier, après trois années passées à conduire la politique d’Emmanuel Macron, Jean Castex lui succédait comme chef du gouvernement. « Le premier ministre arrive. Escalier, tête-à-tête dans le bureau, escalier, discours, applaudissements, voiture, et c’est fini », écrit-t-il dans un passage de son livre coécrit avec Gilles Boyer Impressions et lignes claires, publié aux éditions JC Lattès le 7 avril prochain, mais dont l'extrait a été lu ce dimanche 4 avril par Laurent Delahousse sur France 2. « On a voulu écrire que la fin à Matignon, quelles que soient les circonstances est toujours très brutale », a expliqué Édouard Philippe dans 20H30 le dimanche.

« C’est-à-dire qu’à partir du moment où savez que vous partez, tout le monde arrive, on met tout dans les cartons à toute vitesse. Et c’est fini », a ajouté l’ancien chef du gouvernement. La passation entre Édouard Philippe et Jean Castex à Matignon était tellement rapide qu’elle ne tient qu’en quelques mots dans son nouveau livre. « On a essayé par un style bref et incisif de décrire la grande sécheresse de ce moment-là », s’est-il justifié précisant avoir écrit cela sans amertume. D’autant plus qu’il a « des mots assez gentils pour Jean Castex » dans l’ouvrage. Un profil qui permettait peut-être au président « d’arrondir les angles », pour celui qui rappelle sa « fermeté ».

« Peut-être que la rondeur que (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Sheila doute toujours des causes de la mort de son fils : "Il a fait un choix, qu'il a choisi ou pas..."
PHOTO - Sonia Rolland se ressource en famille, après le scandale sur son appartement
Louise Bourgoin : qui est son compagnon Tanguy Destable, qui lui a fait oublier Julien Doré ?
Meghan Markle ridiculisée par Kate Middleton : "Servir les autres et servir ses intérêts, ce n'est pas pareil"
La famille royale de Jordanie se déchire : la reine Noor soutient son fils accusé de tentative de putsch