Victoria Beckham : 14 millions d’euros de pertes pour sa marque de vêtements

Des chiffres catastrophiques. Voilà ce que vient de dévoiler la marque fondée par Victoria Beckham. Son année 2018 a été synonyme de pertes immenses : une baisse des ventes de 16% et 14 millions d’euros de perdus. Cela fait onze années consécutives que la marque de Posh Spice enregistre des pertes… c’est-à-dire depuis sa création. En effet, Victoria Beckham a créé sa première ligne de vêtements haut de gamme en 2008. Il s’agissait d’abord de robes de soirées avant de se lancer aussi dans le marché des accessoires, puis enfin des cosmétiques. Mais ses produits aux prix exorbitants, proposés dans 400 points de vente dans le monde entier, séduisent de moins en moins. Si la chanteuse et styliste s’efforce de dégager des bénéfices à coup d’offres, réductions et avec un partenariat avec Reebok, la rentabilité est encore loin.

« On reste sur la bonne voie »

« Cette performance était en ligne avec ce que nous attendions, donc nous n’avons pas été surpris. Notre but, c’est d’être profitable le plus rapidement possible », a indiqué le PDG de la société, Ralph Toledano, au journal Business of Fashion. « Je crois fermement que notre destin est entre nos mains. Nous avons un grand talent avec Victoria et grâce à cet atout, ajouté à une équipe de rêve, nous pouvons le faire », a-t-il assuré. De son côté, la femme de David Beckham croit fermement en son projet, au point de se consacrer uniquement à sa carrière de styliste, refusant l’opportunité de remonter sur scène avec les autres membres des

Retrouvez cet article sur Voici

PHOTO Jade Leboeuf dévoile ses fesses dans un maillot de bain très échancré
Laeticia Hallyday : ce projet fou qu'elle souhaite réaliser à Paris pour rendre hommage à Johnny
Laeticia Hallyday se confie pour la première fois sur son histoire d'amour avec Pascal Balland
L’Idole des jeunes : pourquoi les proches de Laeticia sont rassurés par l’annulation du spectacle sur Johnny Hallyday
Meghan et Harry aux États-Unis pour Noël : pourquoi William et Kate sont « soulagés » de leur absence