Victor Segalen entre dans la Pléiade

Propos recueillis par Valérie Marin La Meslée
·1 min de lecture
Cartes postales de Polynésie, à l'époque du voyage de Segalen.
Cartes postales de Polynésie, à l'époque du voyage de Segalen.

Victor Segalen en Pléiade, consécration, certes, mais surtout pas achèvement, pour cet écrivain du voyage, du divers, qui laissa une ?uvre en grande partie inachevée mais que l'on lit et relit comme telle, résonnant de tant de nos préoccupations contemporaines tout en nous entraînant loin, très loin du quotidien. Ce n'est pas la moindre des raisons de se précipiter sur ces deux volumes formidablement illustrés, dans lesquels les ?uvres sont présentées chronologiquement. Quel prodigieux chantier ! La fièvre créatrice de l'écrivain que relève Christian Doumet, responsable de cette édition, est tout entière dans la lettre qu'il adresse à son épouse au lendemain de son quarantième anniversaire, quelques mois avant sa mort : « J'ai trois drames, dix romans, quatre essais, deux théories du monde, une poétique, une exotique, une esthétique, un traité des Au-Delà, un répertoire général des choses inconnues, une vingtaine d'ouvrages inclassables, et quatre mille soixante-trois articles de deux cents à deux mille lignes à donner, avant de prendre ma vraie retraite. » « Un bel exemple de l'humour dont Segalen est coutumier », selon Christian Doumet, qui éclaire une ?uvre singulière et novatrice.

Le Point : Vous présentez Victor Segalen dans la Pléiade. Pour un écrivain régulièrement découvert et redécouvert, que représente ce moment ? Un achèvement ?

Christian Doumet : Segalen a été « découvert » très progressivement. Il n'a, de son vivant, publié que trois ouvrages qu [...] Lire la suite