Victoires de la musique : Biolay et Pomme sacrés, les artistes en appellent à Roselyne Bachelot

·1 min de lecture

"Au revoir à tous, à bientôt sur les routes, parce que la musique c'est jamais fini…". C'est sur ses mots que

, guitare en bandoulière, ouvrait les festivités avec un titre de circonstance : "Un autre monde". Vendredi soir, tous rêvaient d'un autre monde, celui d'avant, sans virus, distanciation sociale, concerts interdits, absence de perspectives claires pour les festivals d'été… C'est dans ce contexte lourd d'incertitudes que le gratin de la chanson française s'est retrouvé à La Seine Musicale. "Une salle presque Covid", comme l'a souligné avec ironie l'ex-Téléphone, avec pour seul public l'imposant orchestre des Victoires et 184 figurants masqués, le plus souvent assis, à distance réglementaire.

Les organisateurs des Victoires avaient bien suggéré de profiter de cette soirée pour expérimenter un "concert test", sur le modèle espagnol - selon un protocole sanitaire strict (public masqué et testé, jauge réduite…). Mais la préfecture des Hauts-de-Seine avait opposé une fin de non-recevoir à cette initiative.  

Placée sous le signe de "l'espoir"

Peu importe… L'émotion fut au rendez-vous de cette soirée placée sous le signe de "l'espoir", avec des effusions de joie, des sanglots, des interpellations politiques mais surtout le plaisir de la musique jouée en live par des artistes privés de scène depuis un an. Au total, vingt-deux chanteurs et chanteuses, représentatifs de toute la diversité de la scène française, heureux d'être là, accompagnés de leurs musiciens, techniciens... O...


Lire la suite sur LeJDD