Victoire étriquée et truquée ?

Libération.fr

Opposition et observateurs internationaux dénoncent des irrégularités lors du vote de dimanche qui a donné les pleins pouvoirs au président, Recep Tayyip Erdogan. Un scrutin qui révèle un pays plus divisé que jamais.

S

onnés mais pas KO, quelque 300 personnes bravent leur déception électorale pour battre le pavé du quartier de Besiktas, dans le centre d’Istanbul. Les résultats du référendum sont tombés. Le «oui» l’emporte avec 51,4 % des voix. Mais Istanbul, ville d’ordinaire acquise au Parti de la justice et du développement (AKP), a dédit son ancien maire, Recep Tayyip Erdogan. Dans leur district de Besiktas, plus de 80 % des électeurs ont dit «non» au changement constitutionnel qui renforce les pouvoirs du président de la République.

Yunus, jeune serveur de Besiktas, se joint au petit cortège qui prend forme près de chez lui, comme dans plusieurs autres quartiers de la métropole turque, pour protester contre les résultats du scrutin. Il marche d’un pas convaincu mais, à voix basse, il l’avoue : «C’est trop tard, on ne peut plus rien faire, Erdogan restera au pouvoir jusqu’à sa mort.»La foule prend la direction des bureaux locaux du YSK, le Haut Conseil électoral. L’institution est au cœur d’une vive polémique. A la dernière minute dimanche, le Conseil a en effet décidé de valider des centaines de milliers de bulletins ne comportant pas de tampon officiel. Yunus dénonce un scandale sans précédent : «Ils ont truqué les élections, tout le monde l’a vu !»

Le Parti républicain du peuple (CHP), figure de proue de la campagne du «non», ne veut rien lâcher. La formation kémaliste réclame «l’annulation» du scrutin. «C’est inacceptable ce qui s’est passé dimanche soir. Il y a eu denombreuses violations du code électoral. Nous allons donc utiliser tous les moyens juridiques pour régler cela», promet Selina Dogan, élue CHP de Besiktas. Pas question d’oublier, le moment est crucial estime la députée : «Pour l’histoire, nous nous devons de faire comprendre que ce référendum est (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Sur Libé.fr On a testé pour vous le «Twitter libre»
Un millier de détenus palestiniens en grève de la faim dans les prisons israéliennes
117 ANS
«Nous voulons voir la Corée du Nord abandonner son cheminement imprudent vers le développement des armes nucléaires.»
Un crash d’avion au Portugal fait cinq morts, dont trois Français

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages