Les victimes des déchets toxiques se rebiffent

Les populations d’Akouédo Extension, à Abidjan, n’approuvent pas la répartition des 100 milliards de francs CFA [152 millions d’euros] payés par la société Trafigura [affréteur du cargo Probo Koala] pour l’indemnisation des victimes des déchets toxiques. Pour le faire savoir, elles ont barricadé mardi 26 juin les voies d’accès à la décharge du quartier d’Akouédo [où a été déversée une partie des déchets toxiques] et d’autres quartiers d’Abidjan. Elles ont été dispersées par la police à l’aide de grenades lacrymogènes et de cailloux jusque dans leurs domiciles. Bilan : plus de cinq bébés conduits d’urgence à l’hôpital et deux manifestants copieusement tabassés et embarqués par les policiers.

Selon les manifestants, cette protestation avait pour but d’amener le gouvernement à revenir sur les critères de répartition de l’argent destiné au dédommagement des victimes, et à revoir la liste des bénéficiaires. “Les populations d’Akouédo ont payé un lourd tribut à cette affaire de déchets toxiques. Aujourd’hui, on veut donner 100 millions de francs CFA [152 000 euros] aux parents des personnes décédées, et seulement 200 000 francs CFA [300 euros, un mois de salaire moyen] aux autres victimes. Cela n’est pas juste. Les victimes encore vivantes ont besoin de cet argent pour se soigner”, estime Alain Danho, l’un des manifestants.

Ce mouvement de protestation fait suite, selon les manifestants, à l’échec d’une rencontre, lundi 25 juin, entre les associations de victimes et le comité chargé de réviser les listes de victimes. Ces associations n’ont pas été associées à l’élaboration de ces listes, fait observer Jean Marc Séka Séka, un autre manifestant. “A notre grande surprise, les listes que nous avons déposées n’ont pas été prises en compte”, déplore-t-il, craignant des omissions volontaires pour des raisons inavouées. Il estime que les riverains des différents sites de déversement des déchets doivent être pris en compte dans le plan d’indemnisation établi par le gouvernement. L’indemnisation des victimes devait commencer le mercredi 27 juin.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles