Victime d’une agression, un ancien candidat de Top Chef est poursuivi à son tour

Le nom de Julien Lapraille rappelle forcément quelque chose aux fans de Top Chef. En 2014, le jeune cuisinier participe à la cinquième saison du prestigieux concours de M6. Depuis, il continue à exercer sa passion pour la “cuisine authentive” [contraction d’authentique et de créative, ndlr.], et est désormais chroniqueur sur plusieurs chaînes de radio. Il a notamment sa propre émission intitulée Le marché de Julien sur Bel RTL. Mais c’est cette fois-ci pour une toute autre raison que le Belge se retrouve au centre de l’attention. Il est aujourd’hui poursuivi par la justice. Le 13 mars 2017, Julien Lapraille se rend au salon Horecatel, rassemblant les professionnels de la cuisine, à Marche-en-Famenne, ville francophone de Belgique située dans la province de Luxembourg. Pour fêter le dernier jour de l’évènement, l’ancien candidat de Top Chef était allé en boîte de nuit.

⋙ EXCLU - Gratien Leroy (“Objectif Top Chef”) : les critiques des réseaux sociaux, son rapport avec Philippe Etchebest, son changement de métier... il se confie

Lors de cette soirée, Julien Lapraille a été victime d’une violente agression. Sur son compte Facebook, le jeune chef avait donné de ses nouvelles dans une vidéo, oeil au beurre noir et doigts bandés. “Mes agresseurs m’ont cassé plusieurs dents. Je n’avais pas un très beau sourire. C’était vraiment une agression gratuite. On s’en est pris à moi mais je n’étais pas le centre de l’histoire”, déclarait-il au journal belge La Dernière Heure. Depuis, un homme est poursuivi dans le cadre de cette affaire. Rudy, l’agresseur présumé, n’est pourtant pas le seul accusé. Julien Lapraille est également poursuivi pour “coups et blessures volontaires” contre Rudy. Mardi 21 janvier 2020, deux témoins devaient être entendus au tribunal correctionnel de Dinant. Seul l’un d’eux s’est présenté à l’audition. Cuisinier également, ce dernier s’est vaguement souvenu d’avoir assisté à une altercation ce soir-là. “La soirée était la continuité d’une journée fort arrosée”,

(...) Cliquez ici pour voir la suite