Victime de cyberattaques, LREM intensifie ses défenses numériques

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Emmanuel Macron et La République en marche (LREM) ont décidé de muscler les défenses numériques du parti, à l'approche de la campagne présidentielle de 2022.
Emmanuel Macron et La République en marche (LREM) ont décidé de muscler les défenses numériques du parti, à l'approche de la campagne présidentielle de 2022.

Les attaques numériques, un fléau auquel La République en marche (LREM) accorde une importance particulière ces derniers mois. Comme le rapporte Le Journal du dimanche, le site du parti présidentiel a simultanément subi plusieurs millions de demandes d'actualisation de sa page entre le 30 janvier et le 4 février, le rendant inutilisable et créant ainsi des brèches permettant aux pirates numériques de sévir.

Face à ces cyberattaques, « on est devant l'ordinateur et on transpire en se demandant si ça va passer », explique Mickaël Labarrère, le responsable du pôle technologie et innovation de LREM, récemment recruté pour muscler les défenses numériques du parti, à l'approche de la campagne présidentielle de 2022. Pour tester sa capacité à résister aux hackers, LREM a donc demandé à des entreprises spécialisées de simuler des offensives virtuelles contre son site, dans le but de détecter d'éventuelles failles dans son système, et de parvenir à les corriger.

À LIRE AUSSICyberguerre : les grandes man?uvres ont commencé?

Depuis son arrivée au mois de novembre, Mickaël Labarrère a constaté que des millions d'attaques ont visé le site du parti et ont ainsi tenté de « déstabiliser l'image numérique du mouvement ». Certaines d'entre elles proviendraient d'un pays avec lequel la France connaît des tensions diplomatiques, mais que le parti ne veut pas citer pour des raisons de sécurité. « C'est impossible de savoir si c'était juste des citoyens énervés avec un peu de comp [...] Lire la suite