ENQUETE. Quand des lobbies de la viande in vitro utilisent les associations de défense des animaux

Maxime Fayolle
·1 min de lecture

Dans l'assiette, elle a l'apparence d'un steak de boucher, mais n'en est pas un. La viande in vitro, ou viande cellulaire, c'est une viande qui est fabriquée en laboratoire, à partir de cellules souches. Et elle a l'immense avantage, pour les défenseurs du bien-être animal, d'éviter d'avoir à élever des animaux puis les abattre pour consommer leur viande. Des dizaines de start-up travaillent sur ces produits, techniquement au point mais encore très chers. Pour ces entreprises financées par des acteurs de la Silicon Valley, l'enjeu est d'arriver à convaincre les consommateurs de se convertir à cette viande in vitro. Quitte à les dégoûter de consommer de la viande "classique".

Une fondation en particulier, l'Open Philantropy Project, finance des dizaines d'associations de défense des animaux dans le monde qui, sans défendre la viande cellulaire, la voient comme une alternative à l'élevage. Et parmi elles, une française, L214. L'enquête de la Cellule investigation de Radio France montre comment les objectifs de cette association sont rejoints par les intérêts d'un business alimentaire qui rêve de révolutionner la façon dont se nourrit le monde.

Des vidéos choc pour dénoncer les (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi