La viande des hommes, le yaourt des femmes… La nourriture a-t-elle un sexe ?

·1 min de lecture

Les hommes se nourriraient exclusivement de pommes de terre et de côte de bœuf tandis que les femmes, elles, ne se contenteraient que d'une feuille de salade. Véritable cliché de la gastronomie française ou fait avéré ? La question se pose dans une société en pleine mutation qui fait la part belle aux questions de sexisme et de genre. Pour tenter d'y répondre, Laurent Mariotte donne la parole à Nora Bouazzouni, journaliste et auteure du livre Steaksisme, dans l'émission La Table des bons vivants

Nourriture asexuée

"La nourriture n'a pas de sexe", explique rapidement Nora Bouazzouni. "C'est nous qui collons des petites étiquettes bien binaires dessus, comme on colle les étiquettes un petit peu partout comme les vêtements ou encore les productions culturelles. Donc, à cause de stéréotypes qui courent sur certaines pratiques alimentaires, il y aurait des aliments qui seraient codés comme féminins ou codés comme masculins." Pour se rendre compte de ce phénomène, la journaliste a étudié les habitudes alimentaires et observé leur mode de propagation, notamment via les publicités ainsi que leurs impacts. 

>> Retrouvez La Table des bons vivants en podcast et en replay ici 

Viande et yaourt, même combat

Dans un premier temps, les études le montrent, les hommes mangent effectivement plus de viande que les femmes, "deux fois plus pour être exact" selon Nora Bouazzouni. En revanche, les femmes mangent davantage de yaourts que les hommes. Mais contrairement à ce que l'on pourrait c...


Lire la suite sur Europe1