La veuve de Larry King conteste son testament devant le tribunal

·1 min de lecture

Le grand interviewer Larry King a disparu le 23 janvier dernier à l’âge de 87 ans. L’homme avait été hospitalisé après avoir contracté le coronavirus mais c’est une septicémie qui l’a finalement emporté. A n’en pas douter le monstre sacré du journalisme américain avait été fragilisé au mois d’août dernier par la mort, à quelques jours d’intervalle de deux de ses enfants. Andy et Chaia 65 et 51 ans avaient respectivement été emportés par une crise cardiaque et un cancer du poumon fulgurant.

Le jeudi 11 janvier des journaux américains ont révélé que le journaliste avait rédigé en 2019 une amendement manuscrit à son testament initial ; dans cette nouvelle version rédigée avant la mort de son fils et sa fille il laissait sa succession de 2 millions de dollars à ses cinq enfants. Fait notable son épouse Shawn King, dont il était séparé mais pas encore officiellement divorcé, n’hériterait de rien.

Une information qui n’aurait guère plu à la belle blonde qui clame haut et fort dans les colonnes de Page Six qu’elle se prépare à lutter contre cette nouvelle version du testament. Selon Shawn King l’interviewer a été « poussé » à la rédaction de ce testament secret, mais refuse d'en dire plus. Selon elle, le seul testament légitime est celui qu’ils ont rédigé à quatre mains en 2015. « Il existe toujours, et c'est le seul testament légitime. Point final […] » a-t-elle affirmé ajoutant que ses avocats avaient été mis sur le coup et déposaient des document au tribunal ce 15 février. La septième (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Jean-Pierre Pernaut : pourquoi il a vraiment "mal vécu" le dernier mois de son confinement
Touche pas à mon poste : Jean-Michel Maire absent depuis de longues semaines, la raison dévoilée
Gilles Lellouche et Jean Dujardin : leur tacle violent à la ministre de la Culture Roselyne Bachelot
Rachel Legrain-Trapani en petite forme et souffrante : elle donne de ses nouvelles à ses abonnés
Koh-Lanta, les armes secrètes : comment les candidats se sont adaptés à la crise sanitaire ?