"Nous on veut sauver les Parisiens" : Olivier Véran répond à Anne Hidalgo sur les libraires

·2 min de lecture

Le ministre de la Santé Olivier Véran et le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal ont répondu à Anne Hidalgo, qui a affiché son soutien aux librairies et commerces fermés durant le confinement à cause du covid-19. 

«Je le dis vraiment aux Parisiennes et aux Parisiens : n'achetez pas sur Amazon. Amazon c'est la mort de nos librairies et de notre vie de quartier». La maire de Paris Anne Hidalgo s'est rangée lundi au côté des libraires, qui ont exprimé leur mécontentement de devoir fermer leurs portes durant le reconfinement contre le covid-19. Présente à une initiative de libraires appelée «Rallumez les feux de nos librairies», l'élue a invité les habitants de la capitale à continuer de commander des livres chez les libraires avant d'aller les récupérer, suivant la méthode du «click and collect» mise en place par certains commerçants contraints de fermer pour continuer à faire marcher leur affaire durant ce deuxième confinement.

A lire aussi :Produits non essentiels : Quels sont les rayons qui restent ouverts et ceux qui ferment ?

Priorité à la santé pour Olivier Véran

Invité de RTL mardi matin, le ministre de la Santé Olivier Véran a réagi aux propos d'Anne Hidalgo, estimant qu'elle avait «raison sans doute» de demander aux consommateurs d'éviter de passer commande sur Amazon. «Il faut faire attention, épargner nos commerçants», a-t-il souligné avant de rappeler que les fermetures des librairies et des commerçants qui vendent des produits qui ne sont pas jugés de première nécessité est nécessaire pour éviter une saturation des services de réanimation durant cette deuxième vague brutale de covid-19. «Anne Hidalgo est maire de Paris mais aussi présidente du conseil de surveillance des hôpitaux de Paris donc elle ne peut pas ignorer que toutes les 15 minutes dans les hôpitaux de Paris il y a un malade qui est hospitalisé pour covid. Elle ne peut pas ignorer que toutes les 30 secondes il y a un patient parisien qui se contamine», a(...)


Lire la suite sur Paris Match