"On veut retourner à Marioupol, on veut revenir chez nous": ces civils rêvent de retrouver leur quotidien à Marioupol

À Marioupol, le cessez-le-feu n'est pas respecté, ce qui empêche l'évacuation des derniers civils retranchés dans l'usine Azovstal. Il en reste a priori 200. Ceux qui sont arrivés depuis le début de la semaine à Zaporijia rêvent déjà d'y revenir.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles