Qui veut la peau de l'Observatoire des prisons ?

L'Oeil du 20 heures

La sentence est tombée le 4 novembre dernier. Dans un courrier adressé à l’OIP, le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) écrit en conclusion : “J’ai le regret de vous confirmer l’irrecevabilité de votre dossier.” Traduction : le ministère de la Ville, dont dépend le CGET, ne subventionne plus l’Observatoire des prisons.

Son aide était l’enveloppe publique la plus importante : 35 000 € l’an dernier. Sur l’ensemble des subventions touchées par l’OIP, c’est la chute libre. En plus des ministères de la Ville et des Outre-mer cette année, six régions avaient déjà stoppé leurs financements. En tout, une baisse 66% en cinq ans.


Des prisons surpeuplées, des subventions en chute libre


“On est en danger de ne plus pouvoir continuer nos actions en 2020 et de ne plus pouvoir payer les salaires de notre petite équipe à la fin de l’année, s'alarme Cécile Marcel, la directrice de l'OIP, section française. C’est un sentiment d’abandon, qui va bien au-delà de notre association, l’abandon de l’ensemble des personnes qui sont touchées par l’incarcération.”

Une situation paradoxale puisque les subventions chutent, alors que la surpopulation reste très forte dans les prisons, occupées à 116% au 1er octobre, selon les chiffres de l'administration pénitentiaire.

L'OIP ce sont des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi