"Ils veulent le chaos": Élisabeth Borne maintient que le gouvernement "ne peut pas travailler" avec les insoumis

La Première ministre Élisabeth Borne répond à la motion de censure déposée par la gauche, à la tribune de l'Assemblée nationale, le 11 juillet 2022. - BFMTV
La Première ministre Élisabeth Borne répond à la motion de censure déposée par la gauche, à la tribune de l'Assemblée nationale, le 11 juillet 2022. - BFMTV

Pas de changement de ligne. Élisabeth Borne a de nouveau indiqué ce matin sur France Inter que le gouvernement ne souhaite pas travailler avec la France insoumise (LFI) sur certains textes à l'Assemblée nationale.

"Il y a des partis avec lesquels on ne cherche pas [des] compromis, le Rassemblement national parce que nous ne partageons pas les mêmes valeurs et la France insoumise parce que nous avons des désaccords profonds", a indiqué la Première ministre ce jeudi sur France Inter.

Cette dernière a ensuite pointé du doigt des élus insoumis qui "veulent le désordre". Une façon pour elle de souligner que cela est contraire à ce que souhaitent les Français, c'est-à-dire, "des réponses concrètes aux problèmes concrets auxquels ils sont confrontés".

Élisabeth Borne a également répondu à Jean-Luc Mélenchon qui estimait vendredi dernier que la "vie politique française est un compte à rebours de la dissolution de l'Assemblée nationale" où les troupes présidentielles ne disposent pas de la majorité absolue. Elle voit dans cette déclaration, une "illustration supplémentaire" d'un parti qui souhaite "le chaos" et distingue par ailleurs celui-ci des "groupes d'opposition qui veulent des compromis".

Lors des "Amphis d'été" de LFI à Valence, trois représentants du gouvernement (Clément Beaune, Olivia Grégoire, Marlène Schiappa) ont néanmoins accepté de débattre avec les insoumis.

Article original publié sur BFMTV.com