Vettel, éliminé en Q2 : "Nous pensions en avoir plus en réserve"

Fabien Gaillard
·2 min de lecture

La Scuderia n'avait pas caché son manque de confiance en abordant le premier week-end de la saison, expliquant que toutes les évolutions seraient introduites en Hongrie dans deux semaines. Et force est de constater que les craintes supplémentaires suscitées par les essais libres ont été confirmées : l'écurie italienne n'était pas du tout dans le match pour la pole et était même exclue de la lutte pour le top 5.

Lire aussi :

Qualifs - Bottas d'un rien devant Hamilton, Vettel cale en Q2

Pire, , pour qui le couperet n'est pas tombé très loin non plus, le poussant à lâcher un "C'est fou..." à la radio entre Q2 et Q3. Une situation inquiétante alors que l'Allemand aborde sa dernière saison du côté de Maranello.

Malgré tout, après une séance qui a tourné court, l'Allemand n'avait pas forcément sur le visage d'autre masque que celui visant à lutter contre la pandémie de COVID-19 et était surtout pris de cours. "Évidemment, c'est une surprise. Nous pensions que nous en avions un petit peu plus en réserve, mais il semble que les autres roulaient avec peut-être un peu d'essence, en étant un peu plus conservateurs en essais libres. Je n'étais pas très satisfait de la voiture, plus de survirage en entrée que ce que j'aurais voulu. Mais nous verrons."

Lire aussi :

La grille de départ du GP d'Autriche

Vettel, qui aura au moins le choix des gommes au départ ce dimanche, est assez optimiste concernant les chances de son équipe en course. "Demain, ce sera différent. Je pense qu'avec la piste qui était plus chaude, ça nous a coûté plus cher aujourd'hui. C'est une longue course. Je pense qu'en rythme de course, nous sommes toujours meilleurs. Je crois que nous serons au rendez-vous pour rattraper du terrain et marquer de bons points."

En Q3, Charles Leclerc a finalement signé le septième temps, échouant à une seconde pleine des deux Mercedes de Valtteri Bottas et Lewis Hamilton et étant battu entre autres par Lando Norris et Sergio Pérez.