Des vestiges sous Ariane 6, l’influence du Kremlin et le regard décodé : l’actu des sciences en ultrabrèves

Au sommaire des ultrabrèves du 10 juillet 2024 : des vestiges archéologiques vieux de 4000 ans retrouvés sous le pas de tir d’Ariane 6, l’étude de l’influence de Poutine et du Kremlin sur les élections législatives et le décodage du cerveau du regard de l’autre.

L’actualité scientifique du 10 juillet 2024, c’est :

En Archéologie : Sous le pas de tir d’Ariane 6, des vestiges archéologiques vieux de 4000 ans.

  • A l’endroit même où s’apprête à décoller pour la première fois le nouveau lanceur européen Ariane 6, des hommes, des femmes et des enfants ont vécu il y a 4000 ans.

  • Ce sont des fouilles réalisées en 2015 par l’Institut national de recherches archéologiques préventives qui ont permis cette découverte.

  • Tous ces vestiges seront exposés de façon permanente dans le musée du Centre spatial guyanais, entièrement rénové, et dont l'ouverture est prévue à l'automne 2024.


En Politique : Comment Poutine et le Kremlin ont tenté d'influencer les élections législatives de 2024.

  • Le Politoscope est un outil d’observation des dynamiques du Twitter politique français. Il permet de voir circuler tweets et retweets ainsi que les manœuvres de manipulation.

  • Dans la perspective des élections législatives de juin-juillet 2024 en France, le Politoscope a été utilisé pour montrer comment les dirigeants russes accentuaient les clivages au profit du régime de Vladimir Poutine.

  • De plus, l’analyse publiée fin juin montre que la guerre menée par Israël contre le Hamas et les massacres à Gaza a été particulièrement utilisée après la dissolution de l’Assemblée nationale par la propagande du Kremlin.


En Cerveau et Psy : En combien de temps notre cerveau parvient-il à décoder le regard de l'autre ?

  • Deux scientifiques de l'Université de Genève, en Suisse, sont parvenus à détecter le moment lors duquel notre cerveau détermine la direction du regard de l'autre.

  • Grâce à l’électroencéphalographie, ils ont mesuré à quel moment le niveau d’activité cérébrale était le plus intense, signifiant une perception du cerveau de l’orientation de la tête et la direction du regard.

  • "Ces résultats et la méthode utilisée sont un apport concret pour le diagnostic précoce des troubles du spectre de l’autisme chez les enfants […]", souligne le communiqué de presse.


En [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi