Des vessies organoïdes pour étudier les infections urinaires

·2 min de lecture

De récents travaux suisses menés à l'EPFL et reposant sur des méthodes de bioingénierie et de microscopie électronique permettent de mieux comprendre le caractère récidivant des infections urinaires.

Ce sont des infections très fréquentes, les cystites, qui prennent leur origine dans la vessie. Appelées le plus souvent infections urinaires, elles touchent près d’une femme sur deux. Très banales mais aussi récidivantes, elles possèdent une dynamique de progression encore mal comprise. En décrypter les mécanismes intimes, c’est tout l’objet d’

Une sous-espèce de la bactérie Escherichia coli

Afin d’étudier ces infections urinaires de manière vraiment contrôlée, l’équipe du Pr John McKinney de la Faculté des sciences de la vie de l’EPFL a réussi à mettre au point des modèles de vessies dites organoïdes en reproduisant l’architecture cellulaire stratifiée en 3D de l’épithélium de la vessie. Pour preuve, des travaux de bioingénierie ont été récemment publiés dans et . Tous deux reposent sur l’utilisation de différents modèles de cultures cellulaires qui permettent d’étudier par exemple la mécanique du remplissage et de la vidange de l’organe, ainsi que son interface avec les vaisseaux sanguins.

Objectif de ces manipulations : comprendre la migration des bactéries et des cellules immunitaires mobilisées pour combattre les foyers d’infection. Ici, le germe le plus souvent responsable est une sous-espèce de la bactérie Escherichia coli, qui infecte les cellules de la paroi de la vessie et forme ce que l’on appelle des "communautés bactériennes intracellulaires". Pour mieux visualiser leurs travaux, les chercheurs ont eu recours à la microscopie électronique dite volumétrique disponible sur la plateforme Biological Electron Microscopy Facility de l’EPFL.

"Elaborer des stratégies de traitement optimales"

Les chercheurs ont ainsi découvert que la dynamique des bactéries s’opérait en envahissant rapidement les couches cellulaires les plus profondes de la vessie. Et ce indépendamment de leurs niches, des communautés bactériennes intracellulaires situées dans des lieux où elles sont protégées des antibiotiques et des cellules immunitaires de l’hôte. Les travaux montrent qu[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles