Les Verts ne participeront pas au Conseil national de la refondation

JULIEN DE ROSA / AFP

Cette instance, qui doit être lancée à Marcoussis (Essonne) le 8 septembre, doit convier responsables politiques, associatifs, parlementaires, syndicaux notamment, pour plancher sur les réformes nécessaires sur divers sujets: santé, services publics, éducation...

Les écologistes d'Europe Ecologie - Les Verts (EELV) ont décidé mardi de ne pas participer au Conseil national de la refondation (CNR) qu'Emmanuel Macron lancera le 8 septembre, rejoignant ainsi la plupart des partis de l'opposition.

"Il y a eu un consensus" au sein du bureau exécutif pour ne pas y aller, a expliqué à l'AFP la numéro 2 du parti, Sandra Regol. "Si c’était une véritable rencontre de travail on y serait allés. Mais là ça résonne plutôt comme un outil de communication. On ne voyait pas l’intérêt de s’y rendre", a-t-elle justifié.

"On a l’expérience de l’Assemblée nationale où depuis près de deux mois on a un mur de fins de non-recevoir sur chacune de nos propositions, et l’expérience de la convention citoyenne sur le climat. Chat échaudé craint l’eau froide", a poursuivi Mme Regol.

Mardi matin sur LCI, le secrétaire national d'EELV Julien Bayou avait déjà fait part de son scepticisme: "Si c'est une grand-messe, où il (Emmanuel Macron ) est en bras de chemise et il fait le one man show, ça on l'a déjà vu, ça ne sert à rien".

Les Républicains, la France insoumise et le Rassemblement national ont déjà annoncé qu'ils boycotteraient le CNR, de même que le président LR du Sénat, Gérard Larcher .


Retrouvez cet article sur Paris Match