Versions contradictoires de Washington et Téhéran sur un incident en mer d'Oman

·3 min de lecture
(COMBO) Ce collage de photos créé à partir d'images diffusées mercredi par la télévision iranienne montre la saisie d'un pétrolier par les Gardiens de la Révolution iraniens (AFP/-)

Les Etats-Unis et l'Iran ont présenté mercredi deux versions contradictoires d'un incident qui s'est déroulé récemment en mer d'Oman, où un tanker battant pavillon vietnamien a été saisi par les Gardiens de la Révolution iraniens.

Dans un communiqué, l'armée idéologique de la République islamique a affirmé avoir fait échouer récemment une tentative de la marine américaine de s'emparer en mer d'Oman d'un tanker transportant du pétrole iranien, ce que le Pentagone a vivement démenti.

Les Gardiens de la Révolution, qui ne fournissent pas de date à laquelle l'incident aurait eu lieu, précisent qu'il s'est déroulé en plusieurs étapes.

"Les Etats-Unis ont d'abord stoppé un tanker exportant du pétrole iranien et ont transféré sa cargaison sur un autre pétrolier", ont-ils indiqué sur leur site Sepanews.

Puis la marine des Gardiens de la Révolution, appuyée par son aviation, a capturé l'autre pétrolier, selon la même source.

"Les forces américaines ont de nouveau tenté de bloquer le tanker contenant le pétrole volé en utilisant plusieurs hélicoptères et un navire de guerre, mais ont échoué une nouvelle fois à le reprendre", dit encore le communiqué.

Le pétrolier sur lequel se trouvait le pétrole "a accosté le matin du 25 octobre dans le port (iranien) de Bandar Abbas", dans le sud du pays, poursuivent les Gardiens de la Révolution.

Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a catégoriquement démenti, qualifiant de "bidon" la version iranienne des faits.

"J'ai vu les affirmations iraniennes et elles sont absolument, totalement mensongères", a-t-il déclaré à la presse. "Il n'y a eu aucun effort de navires américains de saisir quoi que ce soit."

"Le 24 octobre, l'US Navy a bien observé des forces iraniennes monter illégalement à bord d'un navire marchant et le saisir dans les eaux internationales en mer d'Oman", a-t-il ajouté.

"La 5e Flotte a ordonné à deux navires et du soutien aérien d'observer de près la situation. A aucun moment les forces américaines n'ont tenté de reprendre le contrôle ou d'intervenir dans la situation", a-t-il assuré. "Nous avons agi conformément à la loi".

- "Ne pas intervenir" -

Un autre responsable du ministère américain de la Défense ayant requis l'anonymat a expliqué que les militaires avaient "reçu l'ordre d'observer de près et de ne pas intervenir".

L'agence iranienne Fars News a tweeté des images montrant un hélicoptère se poser sur le pont du pétrolier Sothys, battant pavillon vietnamien, et des combattants masqués et armés en prendre le contrôle. Peu après, une vedette rapide des Gardiens de la Révolution accoste le navire et d'autres combattants montent à bord.

Les images iraniennes montrent également deux destroyers américains à proximité: l'USS Murphy et l'USS The Sullivans. A bord, des militaires américains surveillent la scène à la jumelle.

M. Kirby a aussi démenti l'existence d'un deuxième pétrolier. "C'est ridicule. C'est absolument faux", a-t-il dit.

"Ce sont les actes de l'Iran qui sont vrais. Monter illégalement à bord d'un navire marchand et le saisir constitue une violation flagrante des lois internationales qui entravent la liberté de navigation et les libres flux commerciaux", a ajouté le porte-parole.

Selon la revue spécialisée Lloyd's List, le Sothys a fréquemment été lié à des trafics de pétrole vénézuélien et iranien depuis son rachat en 2021 par la société vietnamienne OPEC Petrol Transportation Co Ltd.

L'Iran et les Etats-Unis ont rompu leurs relations diplomatiques en 1980, quelques mois après le début d'une prise d'otages par des étudiants islamistes à l'ambassade américaine à Téhéran, dont le 42e anniversaire tombe jeudi.

Les tensions entre ces deux pays se sont exacerbées depuis le retrait de Washington en 2018 d'un accord nucléaire entre l'Iran et plusieurs puissances, suivi du rétablissement de lourdes sanctions américaines contre l'Iran.

En 2019, des attaques mystérieuses contre des navires dans la région du Golfe, un drone abattu et des pétroliers saisis, avaient fait craindre une escalade entre Téhéran et Washington.

bur-sl/cjc

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles