La version espagnole de Big Brother entachée par des accusations de viol

1 / 2

La version espagnole de Big Brother entachée par des accusations de viol

De grandes entreprises ont mis fin à leur parrainage publicitaire de la version espagnole de "Big Brother" entachée par le viol présumé d'une participante pendant son enregistrement il y a deux ans.

Au moins 20 entreprises, dont Nestlé, Schweppes, Nissan, L'Oréal et la banque BBVA, l'une des dernières en date jeudi, ont annoncé depuis plusieurs jours sur Twitter avoir retiré leurs publicités de l'émission de téléréalité diffusée par Telecinco, la chaîne la plus regardée d'Espagne, après une campagne sur les réseaux sociaux.

La candidate a porté plainte

Ricardo Cirujano, porte-parole de Carretilla (leader sur le marché des plats préparés et asperges en conserve en Espagne) a expliqué à l'AFP avoir cessé son parrainage de l'émission parce que l'entreprise "ne partage pas ses valeurs".

La justice s'est saisie d'une plainte de cette participante, Carlota Prado, qui dit avoir été violée par un autre participant dans une chambre filmée alors qu'elle était sous l'emprise de l'alcool et inconsciente. Les producteurs avaient expulsé le jeune homme de l'émission et les images n'avaient jamais été diffusées.

La scène avait été filmée dans la maison du "Gran hermano" (Big Brother en espagnol), émission qui consiste à enfermer pendant plusieurs semaines un groupe et à le filmer en permanence, tout en faisant voter les téléspectateurs pour qu'ils décident quels candidats éliminer.

Bien qu'elle date de novembre 2017, l'affaire fait...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi