Vers la création d'un corps de "casques bleus de la culture"

Une vue des ruines du site antique de Palmyre en Syrie, qui appartient au patrimoine mondial de l'Unesco. Les pays membres du G7 se sont engagés vendredi à oeuvrer pour la mise en place avec les Nations unies d'une force de protection des sites culturels inscrits au patrimoine mondial. /Photo prise le 4 mars 2017/REUTERS/Omar Sanadiki

ROME (Reuters) - Les pays membres du G7 se sont engagés vendredi à oeuvrer pour la mise en place avec les Nations unies d'une force de protection des sites culturels inscrits au patrimoine mondial.

L'idée de déployer des "casques bleus de la culture" revient à l'Italie, qui assure cette année la présidence du G7 et organisait à Florence vendredi une réunion consacrée à ce sujet.

La destruction de sites appartenant au patrimoine mondial de l'Unesco est devenue ces dernières années un instrument de propagande de groupes extrémistes, et aussi une source de revenus pour eux via la contrebande.

Cela a été le cas à Tombouctou, au Mali et plus récemment à Palmyre, en Syrie, où les djihadistes du groupe Etat islamique ont endommagé plusieurs monuments de ce site antique.

Le ministère italien de la Culture a dit que l'engagement pris vendredi à Florence portait notamment sur l'envoi dans des zones de conflit d'experts en restauration d'oeuvres d'art.

Il n'a toutefois pas été précisé exactement comment ces "casques bleus de la culture" opéreraient dans le cadre de forces de maintien de la paix traditionnelles de l'Onu.

(Isla Binnie, Gilles Trequesser pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages