Un verre et demi d'alcool suffit à augmenter le risque d'AVC

Les facteurs de risque des maladies cardiovasculaires, dont font partie les AVC (Accident Vasculaire Cérébral) sont aujourd’hui bien connus. Certains ne sont pas modifiables comme l’âge ou les antécédents personnels ou familiaux. Certains sont réversibles : le bon équilibre du diabète, la prise en charge d’un taux élevé de cholestérol dans le sang, le tabagisme, le surpoids et… la consommation d’alcool. Les auteurs de cette étude parue dans le journal Neurology ont souhaité investiguer la question suivante : à partir de quelle quantité d’alcool consommée chaque jour le risque d’AVC est-il accru chez les jeunes adultes ?

Comment l’étude a-t-elle été menée ?

Les auteurs ont utilisé la base de données de l’Assurance maladie coréenne. Les sujets inclus avaient entre 20 et 39 ans et ont participé durant quatre années consécutives à des bilans de santé annuels entre 2009 et 2012. Au total, 1 536 668 personnes ont été incluses. La consommation d’alcool des participants a été évaluée. Un score de 1 a été attribué pour une consommation hebdomadaire d’alcool égale ou supérieure à 105 grammes au moment de chaque bilan annuel.

AVC : accident vasculaire cérébral

Un verre standard de boisson alcoolisée (250 ml de bière ou 100 ml de vin ou 30 ml de whisky) contient 10 grammes d’alcool pur. Une consommation de 105 grammes par semaine correspond donc à un verre et demi par jour. La somme des scores obtenus à chaque bilan annuel a été réalisée (de 0 à 4). Le critère de jugement principal était la survenue d’un AVC, ischémique ou hémorragique. Au cours du suivi, 3 153 participants ont eu un AVC.

Il est important de modérer sa consommation d'alcool pour préserver sa santé. © Monticellllo, Fotolia
Il est important de modérer sa consommation d'alcool pour préserver sa santé. © Monticellllo, Fotolia

Un risque dès un verre et demi par jour !

Les personnes ayant consommé au moins 105 grammes d’alcool par semaine pendant 2, 3 ou 4 années consécutives avaient un risque accru de faire un AVC : 20 % de risque en plus. Le risque était dépendant du temps d’exposition : il était plus...

> Lire la suite sur Futura