"Je vous verrai dans quatre ans": Trump lance les prémices d'une candidature en 2024

Salomé Vincendon
·2 min de lecture
Le président américain Donald Trump, le 13 novembre 2020 à la Maison Blanche, à Washington - MANDEL NGAN © 2019 AFP

Le président américain compte continuer de nier sa défaite à l'élection du 3 novembre, accusant Joe Biden de fraudes, et pourrait, en parallèle, préparer un retour en 2024.

Continuant de nier sa défaite à l'élection présidentielle américaine, et d'accuser son adversaire démocrate Joe Biden de fraude, Donald Trump a laissé entendre qu'il pourrait se représenter en 2024 pour un second mandat à la Maison-Blanche, selon plusieurs médias américains.

"Ça a été quatre années incroyables", a déclaré Donald Trump mardi lors d'une réception de Noël à la Maison-Blanche, rapporte l'agence Associated Press, selon qui de nombreux membres du Comité national républicain étaient présents. "Nous essayons de faire encore quatre ans", a continué le président américain, "sinon, je vous verrai dans quatre ans".

"J'appelle cela une élection truquée, et je le ferai toujours"

Qualifiant 2020 d'année "inhabituelle", Donald Trump a répété à plusieurs reprises avoir gagné l'élection, déclarant: "J'appelle cela une élection truquée, et je le ferai toujours".

Le républicain compte continuer à tenir son discours, alors que son ministre de la Justice Bill Barr a déclaré mardi ne pas avoir "vu de fraude" suffisante pour changer le résultat de l'élection présidentielle américaine, remportée par Joe Biden.

Un conseiller de campagne de Donald Trump a déclaré à CNN qu'il y avait eu des discussions sur un événement à venir concernant les projets futurs de Donald Trump, qui aurait lieu autour du jour de l'investiture de Joe Biden. L'actuel président américain pourrait y faire mention d'une prochaine campagne pour l'élection présidentielle de 2024.

En parallèle de ces déclarations sur la prochaine élection présidentielle, CNN et AP notent que, alors que le nombre de morts du Covid-19 par jour augmente aux États-Unis, beaucoup ne portaient pas de masque mardi à la Maison-Blanche. La résidence présidentielle a été plusieurs fois pointée du doigt pour ses manquements aux règles sanitaires en pleine pandémie.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :