Le verdict du procès Amber Heard-Johnny Depp aura des conséquences sur les victimes

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
“Je suis encore plus déçue par ce que ce verdict signifie pour les autres femmes. C’est un revers. C’est un retour à une époque où les femmes qui prennent la parole publiquement sont humiliées. Cela remet en cause l’idée que la violence envers les femmes doit être prise au sérieux”, a souligné Amber Heard. (Photo: EVELYN HOCKSTEIN via AFP)
“Je suis encore plus déçue par ce que ce verdict signifie pour les autres femmes. C’est un revers. C’est un retour à une époque où les femmes qui prennent la parole publiquement sont humiliées. Cela remet en cause l’idée que la violence envers les femmes doit être prise au sérieux”, a souligné Amber Heard. (Photo: EVELYN HOCKSTEIN via AFP)

“Je suis encore plus déçue par ce que ce verdict signifie pour les autres femmes. C’est un revers. C’est un retour à une époque où les femmes qui prennent la parole publiquement sont humiliées. Cela remet en cause l’idée que la violence envers les femmes doit être prise au sérieux”, a souligné Amber Heard. (Photo: EVELYN HOCKSTEIN via AFP)

JUSTICE - Le verdict du procès qui opposait Amber Heard à son ex-mari Johnny Depp est tombé. Et, si les deux protagonistes du procès ont été déclarés coupables de diffamation l’un envers l’autre, le résultat est clairement favorable à l’acteur de Pirates des Caraïbes. Mercredi 1er juin, les sept jurés se sont en effet accordés sur la somme de 15 millions de dommages et intérêts à payer à Johnny Depp, et 2 millions à Amber Heard.

À l’issue de l’audience, l’actrice américaine s’est dite “dévastée”. Et s’est tout de suite exprimé sur l’impact que cette décision pourrait avoir à l’avenir sur les victimes de violences sexuelles. “Je suis encore plus déçue par ce que ce verdict signifie pour les autres femmes. C’est un revers. C’est un retour à une époque où les femmes qui prennent la parole publiquement sont humiliées. Cela remet en cause l’idée que la violence envers les femmes doit être prise au sérieux”, a-t-elle souligné sur Instagram. Sans évoquer le mouvement #MeToo, l’actrice émet ici l’idée qu’il s’agit d’un coup d’arrêt dans cet élan de libération de la parole.

Au cours de ce long et dense procès, suivi dans le monde comme une saga judiciaire, au fil des témoignages et accusations de plus en plus glaçantes d’un côté comme de l’autre, Amber Heard a été considérée comme la grande méchante de cette histoire, et la cible d’attaques violentes sur les réseaux sociaux, ce qui ne sera certainement pas sans conséquence sur les victimes.

“Dénoncer les violences a un prix”

“On est très inquiets, en tant que collectif, des répercussions de ce verdict pour l’écoute de la parole des victimes”, explique Maëlle Noir, membre de la coordination nationale du collectif Nous Toutes, contactée par Le HuffPost. “On pense que ce verdict apprend aux femmes victimes que dénoncer les violences, ça a un prix -dans le cas de ce procès, 15 millions de dollars- et ça donne comme signal que dénoncer les faits de violence ça ne vaut pas le coup et qu’il vaut mieux se taire”, poursuit-elle.

Au-delà du verdict très favorable à Johnny Depp, les réactions et le traitement réservés à Amber Heard tout au long du procès envoyaient déjà un très mauvais signal aux victimes. Chaque geste, regard, comportement, mot de l’actrice a été décortiqué et commenté. Sur TikTok, un deuxième procès s’est tenu, et les jurés-internautes étaient majoritairement des soutiens de Johnny Depp: 12,4 milliards de vues pour le hashtag #JusticeForJohhnyDepp et 1,9 milliard pour #AmberTurd (“AmberMerde”), notait Le Monde le 19 mai dernier. Les blagues de mauvais goût et les surnoms en tout genre -drama queen, folle, menteuse, etc.- y ont aussi côtoyé les menaces de mort.

“Débauche de haine misogyne”

Pour Maëlle Noir, tout ceci montre que “les femmes sont déclarées perdantes avant même le début d’un procès, encore plus quand il est médiatisé”. Ce qui s’est passé sur les réseaux sociaux est selon elle “dangereux pour les victimes de violences sexuelles. #MeToo a pris comme stratégie de nommer les violences sur les réseaux, et là on a vu un renversement de cet usage pour verrouiller les récits et décourager la dénonciation des faits”, indique-t-elle.

Rose Lamy, interrogée par Le Monde, y voit même “l’organisation massive de la sphère masculiniste (...) On sait que des milliers de robots et de faux comptes ont probablement été créés pour influencer l’opinion des réseaux. Ce qui semble se jouer ici c’est une sorte de vengeance ‘haineuse’ d’une catégorie d’hommes qui se sent menacée par les avancées du mouvement #metoo, qui n’osent pas en parler en public auprès de leurs amis, au travail”, estime l’autrice de Défaire le discours sexiste dans les médias.

À ce titre, Sandrine Rousseau a estimé ce jeudi 2 juin qu’il s’agissait d’une “débauche de haine misogyne sur les réseaux sociaux” et qu’elle continuerait à soutenir Amber Heard.

Autre enseignement de ce procès: le fait que l’on puisse encore considérer qu’il existe de “bonnes” et de “mauvaises” victimes. Amber Heard entrant évidemment dans la deuxième catégorie. Elle n’a en effet pas coché la case du “mythe de la victime idéale, qui doit se montrer fragile, incapable de parler en son nom”, poursuit la coordinatrice de Nous Toutes.

“Freiner les femmes à porter plainte”

Ces messages ne seront certainement jamais lus par Johnny Depp, mais ils le seront par les victimes de violences sexuelles ou celles qui pourraient le devenir, ce qui ne sera probablement pas dans conséquences sur la manière dont elles agiront pour se défendre. “On est persuadée que ça va freiner les femmes à porter plainte en France”, affirme Maëlle Noir. 

Sans même parler de porter plainte, ce verdict pourrait-il amener certaines femmes à se taire? “L’effet potentiel sur les victimes, qui vont ajouter tout cela à leurs réflexions: est-ce que je parle de mon expérience? Est-ce que je le déclare? Est-ce que j’en parle publiquement?, est glaçant”, estime pour le HuffPost UK Jennifer Becker, directrice de Legal Momentum, un fond de défense pour les femmes.

Pour Rose Lamy, ce procès aura des conséquences “dramatiques sur les victimes de violences sexistes qui assistent à l’humiliation publique d’Amber Heard”, souligne-t-elle pour BFMTV.

Quant à Maëlle Noir, elle estime qu’il s’agit d’un coup d’arrêt pour #MeToo, et même plus encore. “C’est complètement rétrograde par rapport à tous les combats que les féministes ont menés depuis des années. Et même Amber Heard doit comprendre la triple peine de ce verdict: la violence subie; la peine de se faire humilier sur les réseaux sociaux et de voir sa parole décrédibilisée; et la peine de se rendre compte que le fait d’avoir pris la parole aura des conséquences sur les femmes qui étaient peut-être sur le point de prendre leur courage à deux mains”.

À voir également sur Le HuffPost: Procès Depp-Heard: la fin des plaidoiries avant le verdict

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles