Verbatim. Taïwan prêt à en découdre avec la Chine

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

À l’heure où la marine chinoise a entamé des exercices non loin des côtes taïwanaises, le ministre des Affaires étrangères de l’île, toujours considérée par Pékin comme l’une de ses provinces, a haussé le ton. Et n’ignore pas que des bâtiments américains croisent non loin de là.

<![CDATA[/* ><!]]>*/ “Si la Chine nous attaque, nous nous battrons jusqu’au bout.”

Wu Zhaoxie Ministre taïwanais des Affaires étrangères

Ces propos, tenus mercredi 7 avril par le chef de la diplomatie taïwanaise et rapportés par le journal singapourien Lianhe Zaobao, constituent une réponse aux dernières manœuvres de la marine chinoise. Le 3 avril, le porte-avions chinois Liaoning et six navires de guerre ont franchi le détroit de Miyako, pour conduire des exercices dans les eaux entourant Taïwan. Cette zone, située au sud-ouest de la préfecture japonaise de Nagasaki, est pour la Chine une porte d’entrée stratégique vers le Pacifique ouest.

À lire aussi: Opinion. En montrant les muscles, la Chine fait aveu de son échec avec Taïwan

Aux premières heures ce même 3 avril, reprend le journal singapourien, l’USS Mustin, un destroyer lance-missiles de classe Burke de la septième flotte américaine, est apparu au large de l’embouchure du fleuve Yangtze, en mer de Chine orientale, mettant le cap au sud. Le lendemain, le groupe d’attaque du porte-avions USS Roosevelt a rejoint la mer de Chine méridionale en passant par le

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :