Veolia engage un recours judiciaire contre Suez, vise les administrateurs, indiquent Les Echos

·2 min de lecture
VEOLIA ENGAGE UN RECOURS JUDICIAIRE CONTRE SUEZ, VISE LES ADMINISTRATEURS, INDIQUENT LES ECHOS

(Répétition)

PARIS (Reuters) - Veolia, qui a rejeté dimanche une proposition de Suez d'engager des négociations via une offre de des fonds Ardian et Global Infrastructure Partners (GIP), demande en référé la suspension des effets de l'activation de la fondation néerlandaise sur les activités eau de Suez en France, indiquent lundi Les Echos.

Selon le quotidien, Veolia va déclencher une action en responsabilité contre les administrateurs de Suez ayant voté en faveur de l'activation de cette fondation pour leur réclamer le paiement solidaire de 300 millions d'euros, en réparation du préjudice financier que Veolia estime subir du fait de l'irréversibilité de la fondation.

L'activation de cette fondation bloque l'OPA que vise Veolia.

"Outre qu'il demande au juge en référé la suspension des effets de cette activation (de la fondation, ndlr) jusqu'à la prochaine assemblée générale de Suez, selon nos informations il va envoyer dans les prochains jours à chaque administrateur une mise en demeure d'indiquer le sens de son vote sur le sujet", écrivent Les Echos.

"Objectif : déclencher, d'ici à une semaine, une action en responsabilité contre ceux ayant voté favorablement lors du conseil de samedi en leur réclamant le paiement solidaire de 300 millions d'euros, en réparation du préjudice financier qu'il estime subir du fait de l'irréversibilité de la fondation", poursuit le quotidien.

Suez s'est dit prêt dimanche à engager des discussions avec Veolia sur la base d'une offre ferme de reprise de certaines de ses activités présentée par les fonds Ardian et GIP, une proposition immédiatement rejetée par Veolia qui l'a qualifiée d'"offre fantôme".

Suez, spécialisé dans les services collectifs, est depuis l'été dernier la cible d'une offre de rachat de son concurrent Veolia, devenu son premier actionnaire depuis l'acquisition d'un bloc de 29,9% détenu auparavant par Engie.

NOTE: Ces informations n'ont pas été vérifiées par Reuters, qui ne garantit pas leur exactitude.

(Matthieu Protard)