Les ventes d'Hermès s'accélèrent dans un contexte toujours incertain

Daniel ARONSSOHN
1 / 2
Lors de la présentation de la collection automne-hiver du groupe français, à Paris 6 mars 2017

Paris (AFP) - Les ventes d'Hermès se sont nettement accélérées au premier trimestre, mais le groupe de luxe français a préféré rester prudent jeudi et maintenir inchangées ses perspectives annuelles dans un "contexte international incertain".

Le groupe du Faubourg Saint-Honoré a annoncé un bond de 13,5% de ses ventes sur les trois premiers mois de l'année à 1,35 milliard d'euros grâce notamment à la bonne performance de son activité phare de maroquinerie-sellerie.

Le gérant, Axel Dumas, s'est félicité d'un "premier trimestre exceptionnel", lors d'une conférence téléphonique. Ce résultat est légèrement au-dessus du consensus des analystes de Factset, qui tablait sur 1,3 milliard d'euros. Le groupe a cependant maintenu ses objectifs pour 2017.

Hermès a reconnu que le début d'année bénéficiait d'une "base de comparaison favorable" par rapport à 2016 qui avait été plombé par les conséquences des attentats de novembre 2015 à Paris.

Comme ses concurrents, Hermès avait souffert l'an dernier d'une baisse du tourisme en Europe et d'une retenue des acheteurs français.

M. Dumas s'est félicité jeudi d'une expansion "saine" qui "repose sur la croissance organique". Celle-ci a en effet atteint 11,2%, à peine inférieure aux données publiées.

Les chiffres du début d'année traduisent une accélération des ventes, puisqu'elles avaient progressé de 6% l'an dernier sur la même période et de 7,5% sur l'ensemble de 2016.

M. Dumas y a vu le résultat de "l'attractivité" des produits du groupe et a mis en avant la "bonne répartition géographique" des ventes.

L'Asie (hors Japon) a progressé de 16%, l'Amérique de 14% et l'Europe (hors France) de 9%, à taux de change constants.

"La performance du premier trimestre confirme la dynamique positive des métiers soie, vêtement et accessoires et parfums", a commenté Hermès dans un communiqué.

La croissance de la maroquinerie-sellerie (qui représente plus de la moitié du chiffre d'affaires) a été particulièrement soutenue ("15%).

- La Bourse apprécie -

"La division vêtement et accessoires ("8%) a été portée par le succès des dernières collections de prêt-à-porter ainsi que des accessoires bijoux et des chaussures", a affirmé le groupe.

En revanche, l'horlogerie (-6%) a continué de souffrir dans "un marché toujours difficile".

"A moyen terme, malgré le renforcement des incertitudes économiques, géopolitiques et monétaires dans le monde, le groupe confirme un objectif de progression du chiffre d'affaires à taux constants ambitieux", est-il précisé dans le communiqué d'Hermès. Le groupe ne donne pas d'objectifs chiffrés.

Hermès enregistre "un bon début d'année, notamment sur la maroquinerie", a commenté Arnaud Cadart, analyste de CM-CIC Market Solutions.

Le secteur du luxe français dans son ensemble a signé une "très bonne performance" au premier trimestre, a-t-il estimé, y voyant "un effet de rattrapage après 3 ou 4 années de marché sous pression". LVMH avait annoncé la semaine dernière une progression de 15% de ses ventes de janvier à mars, et Kering a publié mercredi un bond de 31% de son chiffre d'affaires.

Ces résultats devraient conforter des créations d'emplois en France. Hermès "continue ses embauches avec 250 nouveaux artisans par an", a déclaré jeudi Axel Dumas.

Le sellier-maroquinier emploie 12.834 personnes dans le monde et compte 307 magasins exclusifs, dont 210 sous contrôle direct.

Les ventes trimestrielles ont été bien accueillies en bourse, le titre Hermès International clôturant jeudi en hausse de 1,35% à 438,55 euros, dans un marché parisien en recul de 0,31%.

L'action avait baissé de plus de 4% mardi après l'annonce du rachat de Christian Dior par LVMH, les investisseurs s'inquiétant d'un désengagement du groupe familial Arnault, holding qui contrôle LVMH et détient 8% d'Hermès. LVMH avait expliqué que le rachat de titres de Christian Dior SA serait réglé en partie via l'apport de titres Hermès.

Interrogé sur le sujet, Axel Dumas a simplement jugé que "l'opération devrait être à terme favorable à la liquidité du titre Hermès".

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages