La vente à emporter interdite après 22 heures à Paris : les livreurs sont désabusés

franceinfo
·1 min de lecture

Les bus, les taxis, les rues sont vides dans la soirée du jeudi 5 novembre à Paris. Le seul semblant de vie nocturne est devant un restaurant de sandwichs. Une dizaine de livreurs à vélo ou à scooter attendent leur commande. Anisse gagne une centaine d'euros par nuit mais à partir de vendredi soir : "On va perdre en une nuit 30 à 40 euros à peu près, parce que c’est le soir que les gens commandent. Ils veillent et ils ont faim."

La vente à emporter et la livraison de 22 heures à 6 heures du matin sont suspendues dans la capitale à partir du vendredi 6 novembre. La mairie de Paris veut éviter les "débordements" et les "groupements de personnes" sur la voie publique. La préfecture de Police a donc pris un arrêté.

"C'est pratiquement 40% du chiffre"

À coté d'Anisse, il y a Karim qui est sans papiers comme beaucoup de livreurs. "Il dit qu’il veut travailler la nuit parce que la nuit ça l’arrange et qu’il gagne plus la nuit que la journée", traduit Anisse. En moyenne les livreurs vont perdre 40% de leurs commandes, expliquent-ils. "J’espère que l'État va faire un geste", explique Anisse.

Coup dur également pour les quelques restaurateurs qui maintenaient leur activité après 22 heures. "On mise beaucoup sur la tranche horaire de 23 heures à 2 heures, c'est pratiquement 40% du chiffre", explique Najib qui tient une crêperie.

On va essayer de faire le dos rond et (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi