Vent d'optimisme à Abidjan dans l'affaire des militaires ivoiriens retenus au Mali

© Présidence de la République de Côte d'Ivoire/Wikimedia/CC 4.0

À peine rentré d’un déplacement privé en France, le président ivoirien Alassane Ouattara a reçu, jeudi 6 octobre, son homologue togolais Faure Gnassingbé. Il s’agissait d’une visite « d’amitié et de travail ». Mais le chef de l’État togolais est, selon plusieurs sources, également venu rendre compte de l’avancement des discussions sur les 46 militaires détenus depuis le 10 juillet au Mali.

Avec notre correspondante à Abidjan, Bineta Diagne

Rien n’a filtré de ce tête-à-tête entre le président ivoirien, Alassane Ouattara, et son homologue togolais, Faure Gnassingbé. Ce dernier est un interlocuteur privilégié dans le dossier des 46 soldats détenus au Mali. Jeudi 6 octobre, un de ses conseillers s’était rendu à Bamako pour plaider la cause d’une résolution diplomatique de cette crise. Et depuis, plusieurs voix autorisées affichent un certain optimisme.

« Nous sommes dans l’attente, ça devrait se dénouer rapidement », glisse une source proche du dossier. « Les Maliens doivent d’abord vider le contentieux juridique pour que le président Goïta puisse prendre le relais », assure cette source. Allusion aux poursuites judiciaires lancées par la justice malienne contre les 46 militaires.


Lire la suite sur RFI