Venise et ses gondoles, victimes du réchauffement climatique

Ce n’est plus un secret, depuis plusieurs années, Venise est menacée par le dérèglement climatique. À cause de ce dernier, les inondations qui submergent la ville sont de plus en plus nombreuses. La montée des eaux poussent d’ailleurs les habitants à s’adapter à ces nouvelles conditions climatiques. Parmi les gondoliers - au nombre de 600 dans la ville - certains doivent désormais scier l’extrémité de leur embarcation pour pouvoir passer sous les ponts en marée haute, raconte un article du magazine italien Il Venerdì, repéré par Courrier International.

La Cité des Doges, qui accueille chaque année près de 30 millions de touristes contre moins de 50 000 résidents permanents, est traversée par des “gondoles mutilées”, raconte Il Venerdì. “Venise est de plus en plus fréquemment frappée par le phénomène des marées hautes, qui sont principalement causées par l’augmentation du niveau des mers, explique l’hebdomadaire. Dans ces conditions, certains jours, il devient difficile de passer sous les ponts.”

Appelées “riccio” (“hérisson” en français), les queues des gondoles sont donc en voie de disparition. “Désormais, beaucoup de gondoliers remédient à ce problème en coupant la queue de la gondole, une décoration qui est depuis toujours le symbole de l’embarcation la plus célèbre du monde”, regrette le média. Véritable emblème de la ville des amoureux, elle est même obligatoire, rappelle Rudi Vignotto, gondolier interrogé par le magazine. "Dans le grand canal, le 'riccio' est obligatoire, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Concours : participez à la Bourse GEO du jeune reporter
Réchauffement climatique : une habitation côtière sur 10 pourrait se retrouver sous les eaux en France
Architecture : des constructions inspirées de la faune et la flore
La disparition des glaciers plus importante que prévue : ce qu'il faut retenir du rapport accablant du CNRS
Biodiversité : jusqu'à 10% des animaux et des plantes vont disparaître d'ici 2050