«Venir ici, c'est un prix» : à Belle-Île, les vacances sont de moins en moins abordables

Pour faire face à l'inflation, les Français font des économies sur le budget vacances . Ce dernier baisse de 8%, selon une récente étude. Pas facile donc d'organiser des vacances dépaysantes, comme à Belle-Île-en-Mer, la plus courtisée des îles bretonnes. Cela commence à devenir compliqué pour les familles de venir y passer quelques jours. Dans le port de Palais, la ville principale de l'île, sur le ferry de 18 heures, c'est déjà le moment de repartir dans le Pas-de-Calais pour Agnès et sa famille.

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

Cette année, ils ont dû se serrer la ceinture . "Au lieu de partir 15 jours, on part que dix jours. Avant, on payait 1.400 euros pour 15 jours, et là, on est à 1.700 pour dix jours", détaille-t-elle au micro d'Europe 1. Ce qui implique "un petit peu de sacrifices" concède la touriste : "On fait attention, on dépense moins, on va moins au restaurant." Et pour cause, Agnès doit aussi débourser 120 euros de bateau aller/retour pour quatre personnes.

2,30 euros le litre sur l'île

Le simple fait de venir à Belle-Île coûte déjà cher, pour les touristes comme pour les saisonniers. Valentine est serveuse dans une crêperie pour l'été et l'admet, "venir ici, c'est un prix". "Quand je viens de Paris, un billet de train, c'est 110 euros, plus le bateau. Si on veut passer sa voiture, c'est 350 euros aller/retour environ, c'est vraiment un budget", assure-t-elle.

>> LIRE AUSSI - À Belle-Île, la pénur...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles