Publicité

Venezuela: un projet de loi contre le fascisme en discussion à l'Assemblée

L'Assemblée nationale vénézuélienne, où le pouvoir dispose de la majorité absolue, a adopté, mardi 2 avril, un projet de loi contre le « fascisme ». Mais que recouvre ce terme ?

L'Assemblée nationale vénézuélienne a adopté mardi un projet de loi contre le « fascisme » qui prévoit des peines pouvant aller jusqu'à douze ans de prison et de lourdes amendes. La « loi contre le fascisme, le néofascisme et les expressions similaires » a été présentée à l'Assemblée nationale par la vice-présidente Delcy Rodriguez, après avoir été proposée le 24 mars par le président Nicolas Maduro.

La loi de 30 articles « vise à établir les moyens et les mécanismes pour préserver la coexistence pacifique et la tranquillité publique », ainsi qu'à « protéger la société vénézuélienne de l'émergence de toute expression de nature fasciste, néofasciste ou similaire ». Son article 22 dispose que « toute personne qui sollicite, invoque, promeut ou exécute des actions violentes comme moyen ou voie d'exercice des droits politiques sera punie d'une peine d'emprisonnement de huit à douze ans et d'une déchéance politique pendant toute la durée de la peine ». La « diffusion de messages interdits » à la radio ou à la télévision sera sanctionnée par la révocation de l'autorisation de diffusion, tandis que les « médias électroniques ou imprimés » se verront infliger des amendes pouvant atteindre 100 000 dollars.

À lire aussiVenezuela: L’ONU dénonce une situation «lamentable», Caracas crie au complot


Lire la suite sur RFI