Venezuela: des prisonniers en grève de la faim pour faire respecter leurs droits humains

Des prisonniers au Venezuela ont entamé dimanche 9 juin une grève de la faim pour protester contre des violations des droits humains dont ils se disent victimes, ont annoncé deux ONG de défense des détenus.

« Des prisonniers de tout le pays ont annoncé qu'à partir d'aujourd'hui, ils se joindraient à une grève de la faim pacifique », a déclaré l'Observatoire vénézuélien des prisons (OVP), dimanche 9 juin.

Les ONG ont recensé au moins sept centres de détention en grève et diffusé des images de prisonniers, dont certains rassemblés dans les coursives et les cellules, chantant l'hymne national ou faisant du bruit avec les barreaux. Contactées par l'AFP, les autorités n'ont pas réagi dans l'immédiat.

Plusieurs prisons vénézuéliennes concernées

Selon l'Observatoire, les détenus sont en grève dans la principale prison pour femmes INOF dans le Miranda (centre), le centre pénitentiaire de Coro (nord-ouest), la prison d'Uribana (nord-ouest), le Centre de formation pour la Femme nouvelle Manuelita Saenz de l'Aragua (centre), la prison judiciaire de Cumana (nord-est), ainsi que dans les geôles de la police scientifique de Lara (nord-ouest).

Ils demandent « le respect de leurs droits humains, des remises de peine, des transferts vers leurs prisons d'origine et des mesures humanitaires », selon l'ONG.


Lire la suite sur RFI