Venezuela: Juan Guaidó vient chercher le soutien de l’Union européenne

Dans la foulée de sa rencontre avec les dirigeants britanniques à Londres, Juan Guaidó a poursuivi sa tournée européenne par un passage à Bruxelles ce mercredi 22 janvier.

De notre correspondant à BruxellesPierre Benazet

Après avoir rencontré le ministre des Affaires étrangères des États-Unis, Mike Pompeo, Juan Guaidó est venu chercher le soutien des Européens. Il a rencontré à Bruxelles le chef de la diplomatie Josep Borrell et des députés au parlement européen.

►À lire aussi : UE: le Parlement européen reconnaît Guaido comme président vénézuélien

L’Union européenne soutient l’Assemblée nationale vénézuélienne et son président : ce sont en substance les propos du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell à Juan Guaidó. C’est donc un soutien très symbolique et peu tangible de la part de l’UE. Les députés européens apportent un soutien plus marqué et réclament que Juan Guaidó puisse s’exprimer devant la session plénière du Parlement.

« Pour moi, il est risqué de partir et de revenir »

« Je veux remercier les parlementaires européens pour leur accueil, parce que j’ai pu accéder au Parlement européen et m’y déplacer librement, a affirmé Juan Guaidó. Si je dis cela, c’est que ça fait partie de la lutte quotidienne que nous menons au Venezuela pour que puissent aller travailler les parlementaires, pour accéder au bâtiment législatif fédéral, bien que nous ayons été désignés et élus par les Vénézuéliens pour mettre fin à l’urgence humanitaire complexe que vit le Venezuela. Pour moi, il est risqué de partir et de revenir, mais ça fait partie aujourd’hui des risques que nous assumons dans l’exercice d’un mandat public au Venezuela. »

Juan Guaidó réclame à l’Union européenne qu’elle mette en place un embargo sur l’or extrait au Venezuela dont les revenus profitent intégralement au gouvernement. De leur côté, les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont évoqué lundi 21 janvier la situation au Venezuela. Plusieurs pays préconisent de nouvelles sanctions.

Une quarantaine de Vénézuéliens sont frappés depuis 2018 et 20019 d’une interdiction de visas Schengen ou du gel de leurs avoirs en Europe mais si de nouvelles sanctions sont à l’étude, elles tardent à se concrétiser.

Le 23 janvier marque le premier anniversaire de l’auto-proclamation de Juan Guaidó comme président de la république vénézuélienne par intérim. En un an, il n’a cependant pas réussi à évincer Nicolas Maduro de la présidence