« Vendôme » cédée à Vuitton : comment les villes protègent leurs marques

Par Laurence Neuer
·1 min de lecture
Vendôme (Loir-et-Cher), dont le nom vient d'être cédé à Louis Vuitton pour 10 000 euros.
Vendôme (Loir-et-Cher), dont le nom vient d'être cédé à Louis Vuitton pour 10 000 euros.

Vendôme. Ce nom aux accents aristocratiques n'est pas seulement celui d'une duchesse proustienne ou de l'élégante place parisienne devenue l'écrin de la haute joaillerie. Il est aussi celui d'une ville d'art et d'histoire du Loir-et-Cher de 17 000 âmes, propriétaire de la marque éponyme depuis presque dix ans. Celle-ci vient d'être cédée pour 10 000 euros à Louis Vuitton, filiale du groupe de luxe LVMH. L'industriel avait déjà acquis cette marque emblématique pour ses articles de maroquinerie en 2019. Il est désormais autorisé à l'utiliser pour estampiller ses articles de « joaillerie ; bijouterie, pierres précieuses ; horlogerie », précise la délibération du conseil municipal du 4 février. Cela signifie, concrètement, que « la ville de Vendôme cède la marque ?Vendôme? sur la classe 14 (de l'Institut national de la propriété industrielle) [? ?, qui permet l'utilisation du nom pour toute création de collections ou de produits liés à la joaillerie de luxe », a précisé à l'AFP le maire vendômois Laurent Brillard.

L'édile espère, à travers cette opération, amplifier le rayonnement mondial de sa ville. Vendôme est « extrêmement gagnant de la venue de Vuitton. Ce sera à court et moyen terme 500 emplois créés », s'est-il félicité. Déjà propriétaire d'un bâtiment historique du centre-ville, où il a installé un atelier de maroquinerie employant une centaine de personnes, l'entreprise prévoit d'ouvrir une autre usine d'ici à la fin de l'année. De quoi faire taire les [...] Lire la suite