Vendée : le mythique passage du Gois vit au rythme des marées

Entre terre et mer, le passage du Gois en Vendée s’étend sur un peu plus de quatre kilomètres, et est praticable seulement à marée basse. S'il fait le lien entre l’île de Noirmoutier et le continent, il est recouvert par l’océan plus de la moitié du temps. Sandra a traversé la France entière pour atteindre cette route mythique. "Dans le Sud, on ne connait pas du tout les marées, voir une route sous l’eau, c'était pour moi quelque chose n’était pas cohérent, c’est vraiment un chemin vers l’inconnu", explique cette dernière. Un passage qui vit à l’heure des marées Le plus mystérieux secret de la route du Gois reste son origine. "On a un courant qui vient au nord qui va rencontrer le courant qui vient du sud, explique une guide touristique. Ces deux courants en se rejoignant ont fait déposer des vases, des alluvions, des dépôts qui ont créé une petite surélévation naturelle." La traversée est dépendante des horaires de la marée basse. À la force des bras, Alain nettoie le passage tous les jours, enlève les algues et les méduses. Lorsque la mer est totalement retirée, elle laisse apparaître un ruban où se succèdent goudron, dalles de béton et pavés. Francis est tombé amoureux de ce site unique au monde il y a 25 ans. "J’essaye toujours de prendre le Gois, explique ce dernier. Mon heure de départ, mon heure de retour est calculée en fonction du Gois. J’ai fait beaucoup d’autres routes en France (…) mais celle-ci, elle est mythique pour moi." Les kilomètres de sables attirent également les amateurs de pêche à pied venus de toute la France.