Vendée: l'employée d'un supermarché accueillie par une haie d'honneur pour son départ en retraite

Jeannie environnée par la haie d'honneur de ses collègues.  - Capture d'écran Facebook
Jeannie environnée par la haie d'honneur de ses collègues. - Capture d'écran Facebook

Se lever au petit matin, bien avant le soleil, décharger des palettes, ouvrir des cartons, en disposer le contenu en rayon, accueillir et servir les clients. Le travail des salariés d'un supermarché est particulièrement exigeant. Jeannie l'a accompli 42 ans durant. Et samedi dernier était le dernier jour à son poste pour cette employée du magasin Super U de Luçon, en Vendée, avant son départ en retraite. Ses collègues avaient à cœur de rendre le moment mémorable.

Bouquets de fleurs, haie d'honneur, applaudissements: ils n'ont pas ménagé leurs efforts pour saluer la carrière de leur consœur à son arrivée, comme l'a montré la vidéo mise en ligne par l'enseigne sur Facebook dans la foulée, et signalée par Ouest France lundi.

"Un grand merci"

Dans cette courte captation, on voit d'abord Jeannie se présenter à l'entrée du supermarché où une collègue lui offre un bouquet de fleurs. Puis, le reste du personnel, divisé en une haie d'honneur, explose en applaudissements tandis que le morceau Cosmo du chanteur Soprano s'élève pour accompagner le moment. Une fois qu'elle a remonté la haie d'honneur, on remet à Jeannie une écharpe tricolore et un second bouquet.

Dans la légende de la vidéo, son désormais ex-employeur pose en préambule: "Jeannie s'en va pour commencer une nouvelle vie bien méritée". "Son professionnalisme ainsi que sa joie de vivre vont beaucoup nous manquer. Un pilier est difficilement remplaçable, néanmoins il laisse une trace indélébile au sein de notre société. Un grand merci Jeannie pour toutes ces années", enchaîne alors le compte du magasin Super U de Luçon.

Celui-ci a également relayé les paroles de la néo-retraitée à ses collègues: "C'est avec émotion que je vous adresse ce petit mot d'au revoir, car après tant d'années de présence dans la 'maison', des liens se sont créés et des visages sont devenus familiers." "Pour s'entendre, il ne faut pas les mêmes idées... il faut le même respect", a-t-elle conclu devant le parterre de salariés.

Article original publié sur BFMTV.com