Vendée Globe : le peloton de tête dans un mouchoir de poche à l'approche du cap Horn

·1 min de lecture

La bataille fait rage sur le Vendée Globe. Les écarts se resserrent en tête de la flotte, toujours emmenée par Yannick Bestaven à l'approche du cap Horn. Charlie Dalin le talonne, même si leur distance ne fait que croitre. Mais c'est surtout derrière eux que les places valent chers et changent régulièrement. Thomas Ruyant vient de perdre sa troisième position au profit de Damien Seguin. Ce dernier doit batailler contre des conditions météorologiques particulièrement difficile, comme il l'explique au micro d'Europe 1.

"C'est hallucinant d'être si proches les uns des autres"

"Ca envoie un petit peu du pâté, depuis un petit peu plus de deux jours quasiment, ça ne chôme pas. Ca déferle de partout : il y a des creux, des vagues dans tous les sens", explique Damien Seguin, alors que les skippers en tête de la course doivent affronter une dépression. "C'est difficile de prendre énormément de vitesse avec le bateau. Ce qu'il faut, c'est essayer d'avoir une vitesse moyenne la meilleure possible. Pour l'instant, j'arrive à ne pas trop mal m'en sortir", confirme celui qui occupe provisoirement la dernière marche du podium.

"Tout va bien et on continue notre petit bonhomme de chemin vers le Cap Horn qu'on va atteindre dimanche. C'est cool", conclut Damien Seguin. À moins d'une semaine du passage du cap, "c'est hallucinant d'être si proches les uns des autres", considère Jean Le Cam, qui est actuellement en cinquième position. En effet, derrière le deuxième, c'est l'embouteillage : un pel...


Lire la suite sur Europe1