Vendée Globe: Un favori fait demi-tour, les bateaux +volants+ se placent

Sabine COLPART
·3 min de lecture
Le skipper français Jérémie Beyou sur son Imoca 60 (Charal) après le départ du Vendée Globe, le 8 novembre 2020 aux Sables-d'Olonne

Vendée Globe: Un favori fait demi-tour, les bateaux +volants+ se placent

Le skipper français Jérémie Beyou sur son Imoca 60 (Charal) après le départ du Vendée Globe, le 8 novembre 2020 aux Sables-d'Olonne

Après une nuit épique dans les vents violents qui a fait des dégâts dans la flotte et contraint au demi-tour Jérémie Beyou, l'un des favoris, les fameux bateaux +volants+ ont commencé mercredi à prendre les premiers rôles du Vendée Globe dans la descente de l'Atlantique.

Au classement de 18h00 (17h00 GMT), Maxime Sorel (V And B Mayenne), sur la route la plus directe (sud), reste en tête mais Charlie Dalin (Apivia), à la barre d'un bateau flambant neuf, revient sur lui pour prendre les devants, après s'être écarté stratégiquement vers l'ouest.

Dalin, qui fait son premier tour du monde, précède d'autres "bateaux volants" équipés des fameux foils, comme celui de Nicolas Troussel (Corum L'Epargne), 5e, du Gallois Alex Thomson (Hugo Boss), 6e, ou encore Thomas Ruyant (LinkedOut), 10e.

A bord également d'un de ces bateaux capables de limiter au minimum le contact avec l'eau grâce à leurs appendices latéraux (foils) qui élèvent la coque, Jérémie Beyou (Charal) semblait également bien lancé après le départ dimanche des Sables-d'Olonne.

Mais en fin de journée lundi, alors qu'il effectuait une réparation temporaire pour un souci de renvoi d'écoute dans des conditions de mer difficiles, il a percuté un ofni (objet flottant non identifié).

- Beyou attendu vendredi -

L'un des safrans a été endommagé mais "après un check complet du bateau, les réparations sont plus importantes que prévues", a indiqué son équipe, qui a pris la décision de faire revenir le skipper, attendu vendredi.

"Avec un point de renvoi d'écoute arraché, un safran amoché, sachant qu'il est possible que le foil ait aussi tapé, et une bastaque (ndlr: hauban qui sert à maintenir le mât) cassée, ça faisait beaucoup pour un troisième jour de course", a expliqué Pierre-François Dargnies, directeur du team.

Le skipper a le droit de revenir aux Sables-d'Olonne pour réparer dans la limite de dix jours après le départ. Il s'agit de la seule escale autorisée lors de laquelle une équipe technique peut monter à bord dans les 3 milles nautiques (5,5 km) avant la bouée Nouch Sud (qui marque le point d'arrivée du Vendée Globe).

C'est ce que vient de faire Fabrice Amedeo (Newrest - Art & Fenêtres), revenu lundi et reparti mardi soir.

En 2008, Michel Desjoyeaux était revenu aux Sables après une panne de moteur. Il était reparti avec presque deux jours de retard et avait remporté au final son deuxième Vendée Globe.

Beyou a jusqu'au 18 novembre pour repartir en course, mais son retard sera notablement supérieur à celui de Desjoyaux.

- Nuit terrible -

Autre favori avec ces fameux bateaux volants, Armel Tripon (L'Occitane en Provence) s'est détourné dans la nuit vers La Corogne pour réparer un problème au mât et a repris le cours de la course mercredi midi.

Kevin Escoffier (PRB) a, lui, souffert d'une voie d'eau.

"La nuit a été, comment vous dire… mouvementée !", a lancé Thomas Ruyant (LinkedOut) depuis son bateau dernière génération.

"La liste des bricoles à réparer s’est allongée. Sportif le truc! La mer était horrible derrière le passage de la dépression, de face avec d’énormes vagues! Le bateau sautait, tapait, souffrait… j'avais mal pour lui! Cette fin de nuit a été terrible", a raconté Ruyant, 5e au classement général et qui a dû affronter des rafales de vent à 55 km/h et des creux de plus de 3 mètres.

Pour son premier Vendée Globe, Clarisse Crémer (Banque Populaire X) n'a pas caché avoir le moral au plus bas.

"La nuit n’a pas été très rigolote. Je suis un peu au bout du rouleau. Le moral n’est pas au top niveau mais je m’en suis sortie sans encombre donc c’est positif mais je suis vraiment épuisée, je me fais un peu peur à être cramée comme ça", a-t-elle expliqué.

Une nouvelle dépression attend la flotte jeudi.

sc/dif/ng/chc