Vel' d'Hiv' : Mathilde Panot justifie son tweet et dément avoir comparé Macron à Pétain

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La présidente du groupe LFI à l'Assemblée nationale, Mathilde Panot, critiquée pour un tweet reprochant notamment à Emmanuel Macron d'avoir "rendu honneur à Pétain" en 2018, a démenti lundi avoir comparé le chef de l'État au chef du gouvernement du régime de Vichy. "Où voyez-vous que je compare Macron et Pétain ? (...) Bien sûr que non Emmanuel Macron n'est pas Philippe Pétain", a déclaré Mathilde Panot sur franceinfo.

Samedi, elle avait tweeté : "Il y a 80 ans, les collaborationnistes du régime de Vichy ont organisé la rafle du Vel d'Hiv. Ne pas oublier ces crimes, aujourd'hui plus que jamais, avec un président de la République qui rend honneur à Pétain et 89 députés RN".

>> LIRE AUSSI«Je ne veux pas laisser penser que Pétain et Macron, c'est la même chose», lance Olivier Faure

Ce tweet a suscité l'indignation de plusieurs membres de la majorité, mais aussi de membres de la Nupes et du RN. "Non il n'y a pas de suppression du tweet !", a-t-elle affirmé, en demandant "ce qui est faux factuellement dans ce que j'ai écrit ?".

"Il n'est pas admissible de rendre hommage à Pétain"

"Ce que j'ai voulu dire avec ce tweet, c'est que non seulement il y a 89 députés RN à l'Assemblée nationale, ce qui (...) nous fait dire qu'il faut toujours continuer la lutte contre les théories et les idées d'extrême droite, racistes et antisémites, mais aussi qu'il n'est pas admissible de rendre hommage à Pétain".

Elle fait référence aux propos de M. Macron qui, en 2018, avait qualifié Pétain...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles